mardi, juillet 5, 2022
25.1 C
Nantes

La Guadeloupe commence son déconfinement

Enfin l’étau se desserre sur la Guadeloupe, confinée depuis début août, et qui recense encore huit décès sur les cinq derniers jours. Au vu d’une « diminution des indicateurs de l’épidémie depuis près de six semaines consécutives », l’île devrait entamer sa première phase de déconfinement le 8 octobre, a annoncé vendredi 1er octobre le préfet Alexandre Rochatte.

Réouverture des établissements soumis au passe sanitaire

« Si certaines mesures doivent encore être précisées, je peux d’ores et déjà dire que le couvre-feu devrait être relevé à 22 heures, (contre 20 heures actuellement, NDLR), les limites de déplacements vont être levées (10 km maximum actuellement, NDLR) et là des établissements recevant du public, soumis au passe sanitaire, ouvriront normalement », a détaillé le préfet lors d’une conférence de presse.

Durant les deux premières semaines suivant la réouverture administrative des établissements, le passe sanitaire ne s’appliquera qu’après les 30 premiers clients. Puis il sera demandé « dès le premier client », a précisé le préfet. Quant aux contrôles des salariés en contact avec le public, ils commenceront fin octobre.

Le confinement avait été mis en place en Guadeloupe le 4 août, pour une durée d’au moins trois semaines, avant d’être durci le 13 août avec une extension du couvre-feu, des sorties limitées à 5 km, et des commerces « non indispensables » fermés.

Un calendrier scolaire modifié pour « rattraper les jours perdus »

La rentrée scolaire des plus de 89 000 élèves que compte l’archipel avait aussi été décalée au 13 septembre, en distanciel. Depuis le 27 septembre, ils avaient repris en présentiel mais uniquement de la maternelle à la 5e. Les élèves de la 4e à la terminale ne sont pas encore de retour en classe en pleine jauge.

Vendredi 1er octobre, le Rectorat de la Guadeloupe a détaillé, dans un communiqué, les modifications du calendrier scolaire de la Guadeloupe afin de permettre « le rattrapage des jours perdus ». Il y aura six jours de vacances en moins à la Toussaint, quatre jours de moins à Pâques, et les grandes vacances seront reportées de cinq jours. Mais les vacances de Noël et de Carnaval resteront les mêmes.

L’inquiétude sur la vaccination demeure

Un retard pourrait cependant venir bouleverser ce calendrier : celui de la vaccination. Si la loi du 5 août sur l’obligation vaccinale des soignants doit également s’appliquer sur l’île, seuls environ 30 % des soignants du CHU sont vaccinés. Et près de 43 % des plus de 18 ans et 18 % des 12-18 ans seulement ont reçu une première injection.

Fin août, malgré le sursaut vaccinal observé par les autorités, Bruno Jarrige, le directeur de la cellule de crise du CHU de Pointe-à-Pitre, confiait à La Croix qu’il était déjà « trop tard pour endiguer la quatrième vague », ajoutant : « Désormais, ce qui se joue, c’est l’évitement d’une cinquième vague aussi catastrophique ».

Alors que le mois de septembre vient de s’achever, l’agence régionale de santé alerte à son tour. « La vaccination connaît un net ralentissement ces derniers jours », a indiqué Valérie Denux, la directrice générale de l’ARS. Des chiffres « insuffisants » pour « faire barrage à une nouvelle vague » d’ici à la fin 2021.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici