dimanche, août 7, 2022
28.9 C
Nantes

Une gauche sous la pression de l’histoire

RÉCIT – Pour honorer la mémoire d’Henri Weber mort de la Covid-19 en avril 2020, une partie de la gauche s’est rassemblée au cimetière du Montparnasse le 7 septembre. Avec quelques absences remarquées.

L’assemblée est dense, 300 personnes peut-être, réunies au cimetière du Montparnasse, le 7 septembre dernier. Autour du caveau familial baigné d’un soleil de fin d’été, ils écoutent Denis Olivennes évoquer avec chaleur leur ami à tous, Henri Weber. Né à l’Est, immigré en France, il fut militant juif laïc, révolutionnaire trotskiste puis socialiste et européen convaincu, proche de Laurent Fabius, longtemps parlementaire et chargé des études au PS. «À la fin, dans le vide des autres, il était l’âme de Solférino», glisse un invité. Henri Weber est décédé du Covid en avril 2020, peu entouré, comme tous les morts de ces tristes heures. Alors sa femme, Fabienne Servan-Schreiber, très aimée elle aussi, a envoyé une jolie pluie de mails pour «un moment d’amitié, d’amour, de paroles et de bon vin».

Beaucoup sont venus déposer une rose, tous si différents! Weber était le dernier, par son tempérament chaleureux, à maintenir des liens entre eux. Même à la fin, lorsqu’il a choisi Emmanuel Macron dès

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici