dimanche, août 7, 2022
28.9 C
Nantes

«Mesures d’urgence et réformes de long terme»

CONTRE-POINT – Face à un double scepticisme – sur son calendrier et sur l’efficacité des mesures -, Emmanuel Macron tente d’apporter une double réponse.

Les derniers mois d’une présidence sont toujours d’un maniement délicat. Emmanuel Macron aujourd’hui, comme ses prédécesseurs hier, s’expose à deux procès contraires. Qu’il lève le crayon et mette toute action en veilleuse, et on lui reproche de ne plus rien faire, de renoncer à agir jusqu’au bout, de céder à l’immobilisme par excès de prudence électorale. Mais qu’il ouvre des chantiers et lance des réformes, on lui reproche alors de faire de l’électoralisme ou, pire encore, d’avoir attendu plus de quatre ans pour découvrir la réalité d’un problème.

Les conclusions du «Beauvau de la sécurité», présentées ce mardi à Roubaix, illustrent la manière dont le chef de l’État entend conjurer ce piège. D’abord, présenter et défendre un bilan. Ce fut une partie substantielle de son discours, histoire de prouver qu’il n’y a pas de sa part une conversion tardive aux enjeux régaliens. Le rappel est nécessaire, mais insuffisant tant l’idée s’est installée dans l’opinion que la sécurité était l’angle mort

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici