mercredi, août 10, 2022
22.5 C
Nantes

Guillaume Tabard: «Ils s’agitent, j’agis: l’insuffisant pari présidentiel»

CONTRE-POINT – La nécessité pour Emmanuel Macron, c’est de restaurer son ADN réformateur mis à mal par près de trois ans de crise.

Sera-ce celle des retraites ou une autre? Emmanuel Macron veut à tout prix effectuer une réforme visible d’ici à la fin de son mandat. Alors qu’on considère souvent qu’une présidence se joue sur les cent premiers jours, le chef de l’État a prévenu la semaine dernière ses ministres que «les cent derniers jours comptent au moins autant» Cette période commencera en janvier. Et puisqu’il réunit un séminaire gouvernemental ce mercredi à l’Élysée, Macron attend de son équipe qu’elle lui fournisse des propositions concrètes pouvant être mises en œuvre, et perçues par les Français, sans attendre un éventuel second mandat.

Agir jusqu’au bout: c’est pour Macron à la fois une nécessité et une opportunité. La nécessité, c’est de restaurer son ADN réformateur mis à mal par près de trois ans de crise («gilets jaunes» puis Covid). L’opportunité, c’est de profiter des embarras procéduriers de ses oppositions pour marquer sa différence dans l’opinion. L’hôte de l’Élysée est bien décidé à jouer la carte du

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici