mercredi, août 10, 2022
25.3 C
Nantes

la droite et le RN s’insurgent contre une «talibanisation» de la France

Il y a deux ans, la jeune fille avait été brûlée puis laissée morte dans un cabanon de Creil.

C’est une mort sordide qui révolte bon nombre de personnalités politiques. Ce week-end, le quotidien Le Monde est revenu sur un drame intervenu en octobre 2019: Shaina, jeune fille de 15 ans possiblement enceinte au moment des faits, avait été poignardée et brûlée à Creil (Oise). Son corps avait été laissé plusieurs jours dans un cabanon des jardins de la ville. Le meurtrier présumé, actuellement derrière les barreaux en détention provisoire, serait le père de l’enfant. Deux ans auparavant, la jeune fille avait été violée par un groupe de jeunes. Récit qui a fait bondir plusieurs responsables de droite et du Rassemblement national.

À commencer par le député (LR) des Alpes-Maritimes Éric Ciotti. «Ce n’est pas ma France. Creil, au 21e siècle, Shaina est violée en tournante à 13 ans, tabassée à 15 ans pour avoir porté plainte et morte brûlée vive dans un cabanon par les caïds de sa cité», s’exclame le candidat à la primaire de la droite.

«Lutter contre les talibans de l’intérieur»

Même colère du côté de Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui s’insurge du peu de réactions: «Qu’on en ait aussi peu parlé en dit long sur l’état de notre pays. S’indigner à propos de l’Afghanistan, c’est bien. Mais lutter contre nos talibans de l’intérieur me semble tout aussi vital.» Valérie Boyer, sénatrice (LR) des Bouches-du-Rhône dénonce, pour sa part, une «horreur» et des «barbares qui sont en France».

Les mots sont encore plus forts au Rassemblement national. La présidente du parti Marine Le Pen est rapidement montée au créneau, qualifiant ces faits de «talibanisation de certains quartiers». «L’immigration de masse a pour corollaires le communautarisme et le recul terrifiant des droits des femmes», ajoute-t-elle. Une réaction sur Twitter partagée ensuite par les principaux ténors du parti à la flamme. Stéphane Ravier, sénateur (RN) des Bouches-du-Rhône, évoque par ailleurs un «résultat inévitable. (…). Quand on fait venir des immigrés par millions, on fait aussi venir leurs mœurs.»

Hors une reprise de l’article en lui-même par certains députés LaRem, la majorité présidentielle s’est faite relativement discrète sur le sujet. Idem à gauche, où très peu de voix se sont élevées contre ce crime. Seul l’ancien premier ministre Manuel Valls a fait part d’une «lecture indispensable et insupportable (pour comprendre, NDLR) la descente aux enfers de Shaina (…). Ce n’est pas en Afghanistan, c’est à Creil, en France.» Le meurtrier présumé de la jeune fille va prochainement être renvoyé devant la cour d’assises des mineurs de l’Oise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici