mercredi, août 10, 2022
22.5 C
Nantes

La campagne de Sarkozy en 2007, cas d’école pour la droite

DÉCRYPTAGE – La conduite de la campagne présidentielle de l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine reste une référence au sein du parti LR.

14 janvier 2007, porte de Versailles. Devant plusieurs dizaines de milliers de supporteurs gonflés à bloc, le candidat Nicolas Sarkozy lance sa course à l’Élysée: «À l’orée de cette campagne (…) je veux que chacun d’entre vous soit convaincu de la farouche détermination, de l’énergie infinie que j’irai puiser dans la part la plus profonde de moi-même pour faire triompher la cause qui nous unit tous.» Discours mythique pour une droite en 2021 sans leader naturel, sans boussole idéologique unique et sans parti structuré en machine électorale.

Presque quinze ans après la victoire de 2007, les ténors restent nostalgiques. Pas forcément de Nicolas Sarkozy lui-même, mais de l’empreinte qu’il a laissée par sa conquête du pouvoir. «C’est une campagne idéalisée: elle représente la dernière victoire de la droite à la présidentielle, il y a la volonté de se référer à un modèle», explique Frédéric Dabi, directeur général opinion à l’Ifop. Il faut dire qu’avec le recul, le candidat donne l’impression

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici