lundi, août 15, 2022
18.8 C
Nantes

Hubert Falco apporte son soutien à Emmanuel Macron

Face aux crises, le maire de Toulon estime que personne «n’aurait pu faire mieux»

Il était jusqu’alors Macron-compatible, il est à présent un soutien officiel. Le maire (ex-LR) de Toulon (Var) Hubert Falco annonce lundi, dans un communiqué, son soutien à Emmanuel Macron «en homme et en maire libre». «Ces dernières années, le président de la République a dû affronter de nombreuses crises. Il est toujours resté à l’écoute de notre territoire», souligne d’abord l’édile. Avant de lui adresser une ode: «Rien ne lui aura été épargné: gilets jaunes, retraites, manifestations sur le climat, violences urbaines, crise sanitaire…et pourtant son bilan, malgré cette conjonction de crises inédites, n’a ni précédent, ni équivalent.»

Il faut rappeler que suite à l’épisode Paca lors des dernières élections régionales – lorsque les listes LREM et LR avaient fusionné – et au psychodrame dans lequel la droite avait été plongée, deux maires Macron-compatibles avaient claqué la porte du parti : le maire de Nice (Alpes-Maritimes) Christian Estrosi et… Hubert Falco.

Celui-ci l’affirme: «personne» face aux crises, n’«aurait pu faire mieux» qu’Emmanuel Macron. «Nul ne peut le contester», selon le maire de Toulon, qui martèle que «la France a besoin d’avoir à sa tête un homme de courage, de réalisme et d’action, sachant tenir la barre.» Présent à la rentrée d’Édouard Philippe à Fontainebleau (Seine-et-Marne) autour de plusieurs maires de droite, Hubert Falco a clairement signifié son choix pour 2022. «Avec les difficultés qu’il a dû gérer sur le quinquennat (…). celui qui est le plus à même de défendre les valeurs que nous représentons, c’est Emmanuel Macron», a-t-il lancé sur BFMTV. Façon de couper définitivement les ponts avec son ancienne famille politique, qui réfléchit toujours au processus de départage qu’elle souhaite mettre en place pour n’avoir qu’un seul candidat à l’élection présidentielle.

À VOIR AUSSI – Présidentielle 2022: «Le meilleur ennemi de la droite, c’est la droite», selon Bruno Ratailleau

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici