mercredi, août 10, 2022
22.5 C
Nantes

des députés pressent Macron de soutenir la résistance de Massoud

INFO LE FIGARO – Dans une lettre initiée par Éric Ciotti et adressée mercredi au président de la République, plusieurs parlementaires demandent le déploiement «d’armes» et de «munitions» pour contrer le retour des talibans.

« Face à cette menace, la France a le devoir d’agir sans attendre pour combattre les talibans avec la même force que Daech si nous ne voulons pas voir un arc terroriste s’étendre du Pakistan au Sahel…». Cette phrase apparaît dans une lettre de deux pages adressée par Éric Ciotti à Emmanuel Macron mercredi. Dans ce courrier, dont Le Figaro a pu prendre connaissance, le député LR des Alpes-Maritimes se joint à une vingtaine de parlementaires pour presser le chef de l’État d’assurer la «sécurité de la France» en empêchant «les talibans de se renforcer».

Parmi la vingtaine de premiers cosignataires, dont la liste non exhaustive n’excluait pas de compter également des sénateurs et certains élus de gauche, on retrouve notamment les députés Fabrice Brun, Guillaume Peltier, Brigitte Kuster, Constance Le Grip, Robin Reda, Stéphane Viry. Ils insistent sur le danger de voir se constituer une «chaîne continue liant les bases terroristes du monde entier frapper en France sur notre sol des citoyens français». «La chute de Kaboul n’est pas seulement une tombe érigée dans un Afghanistan cimetières des empires. C’est un jour noir pour nos démocraties», soulignent-ils également, avant d’attirer l’«attention» du président de la République sur la résistance «incarnée par Ahmad Massoud, fils du légendaire commandant Massoud, rejoint par le vice-président Amrullah Saleh». Le vice-président de la République islamique d’Afghanistan s’est autoproclamé président par intérim face au rétablissement de l’émirat islamique et s’est allié à Ahmad Massoud pour annoncer la résistance dans la vallée du Panchir. Les députés français insistent: «Leur appel à l’aide et leur demande d’armes, de munitions et de soutien logistique doivent être entendus par la France».

«Soutenir avec force» les adversaires des talibans

Dans leur message lancé à Macron de manière solennelle, les parlementaires évoquent une «guerre mondiale contre l’islamisme» et estiment que les combattants du fils Massoud sont «les derniers à se tenir debout sur le territoire afghan pour défendre notre sécurité mais aussi la dignité humaine». En conséquence, ils pressent le président de «soutenir avec force» ces adversaires des talibans. «Il en va de l’honneur de la France», ajoutent-ils en conclusion.

Dans l’entourage d’Éric Ciotti, on explique que l’idée de ce courrier est née avec les images de la chute de Kaboul et de la «débâcle» américaine en Afghanistan ayant «précipité le peuple, afghan dans les bras de l’islamisme le plus radical et violent», comme cela est d’ailleurs écrit dans la lettre.

Dans le vif débat sur l’accueil des réfugiés, Éric Ciotti avait mis en garde les autorités face au danger de voir cet accueil international se transformer en «cheval de Troie» des terroristes. Défendre un soutien aux forces d’opposition locales est une autre manière pour la droite de répondre aux questions soulevées par le chaos afghan et les craintes d’une vague migratoire qu’Emmanuel Macron avait lui-même mentionnées lorsqu’il avait exprimé ses craintes face aux «flux migratoires irréguliers», depuis sa résidence d’été au fort de Brégançon.

À VOIR AUSSI – Afghans rapatriés mis sous surveillance: Gérald Darmanin assure qu’il n’y a «pas eu de faille»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici