vendredi, août 12, 2022
24 C
Nantes

Primaire EELV: cinq candidats sur la ligne de départ

Le vote qui désignera le candidat du parti à l’élection présidentielle de 2022 aura lieu mi-septembre.

Combien vont voter à la primaire des écologistes mi-septembre? Autour de 15.000, soit autant que d’adhérents revendiqués par Europe Écologie-Les Verts, ou bien plus encore, sachant que 3 millions de Français ont glissé un bulletin en faveur des écologistes aux européennes de 2019.

Yannick Jadot, candidat à la primaire pour la présidentielle, était alors le chef de file d’EELV. «Il faut être le plus nombreux possible, du nombre de votants découlera évidemment notre dynamique en vue de la présidentielle», affirment en substance certaines voix du pôle écologiste, l’association d’EELV avec quelques modestes formations écologistes. «C’est une affaire interne et nous devons élire une personnalité ancrée sur nos valeurs fondamentales», répondent d’autres.

Quoi qu’il en soit, le vote est ouvert à tous les Français, à partir de 16 ans, en échange de 2 euros et de la signature d’une charte de valeurs globalement écologistes, sociales, européennes et féministes, émancipatrices… L’inscription doit se faire avant le 12 septembre à minuit. Le premier tour se déroulera en ligne du 16 au 19 septembre. Si besoin, un second tour avec les deux finalistes aura lieu du 25 septembre au mardi suivant. Cinq prétendants sont sur la ligne de départ: Sandrine Rousseau, enseignante-chercheuse en sciences économiques de 49 ans, ex-vice-présidente du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais et ex-cadre dirigeante du parti; Éric Piolle, 48 ans, ancien cadre dirigeant de Hewlett-Packard et maire de Grenoble depuis 2014; Yannick Jadot, 53 ans, ancien responsable de Greenpeace France et député européen depuis 2009, vainqueur de la primaire d’EELV en 2016 avant de rejoindre le PS Benoît Hamon; Delphine Batho, 48 ans, ex-ministre et députée des Deux-Sèvres; Jean-Marc Governatori, enfin, âgé de 62 ans. L’ancien entrepreneur, écologiste centriste et conseiller municipal de Nice s’est imposé par voie de justice après la tentative d’exclusion du pôle écologiste de la formation de Corinne Lepage, qui lui apportait la majorité des parrainages nécessaires.

Cette primaire se déroulera juste après le congrès des socialistes, possibles concurrents à la présidentielle. Premier secrétaire, Olivier Faure – candidat à sa réélection face à la maire de Vaulx-en-Velin (Rhône), Hélène Geoffroy – soutien la candidature de la maire de Paris, Anne Hidalgo, même s’il a longtemps tendu la main aux écologistes et laissé entendre que son parti pourrait se ranger derrière eux. Jusqu’à susciter du remous en interne. Après les bons résultats socialistes aux régionales et aux départementales, et celui, moins évident, des écologistes, son soutien à Hidalgo s’est renforcé.

Surtout, le résultat de la primaire des écologistes tombera au moment des législatives en Allemagne, le 26 septembre. Les écologistes français veulent toujours croire en la victoire d’Annalena Baerbock, présidente des Verts et candidate à la succession d’Angela Merkel. Pour dynamiser leur primaire et renforcer leur crédibilité en vue de la présidentielle. Baerbock, cependant, secouée par une affaire de plagiat, n’est plus donnée gagnante, et les inondations de juillet en Rhénanie ne semblent pas avoir d’influence sur le vote, malgré les compétences reconnues dans les sondages aux écologistes en matière de changement climatique. Difficile donc de savoir si, en France, le rapport du Giec influencera la participation des Français à la primaire des écologistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici