mercredi, août 10, 2022
22.5 C
Nantes

Les papilles d’Olivier Falorni toujours en quête du plat mythique de sa grand-mère

LES POLITIQUES AUX FOURNEAUX (3/6) – Le député en Charente-Maritime retrace le souvenir de ses étés passés en Corrèze à cueillir et cuisiner des champignons en compagnie de ses grands-parents.

C’est une passion française à laquelle les politiques ne peuvent pas échapper. Ministres, maires, parlementaires… Chaque jour, ils nous livrent leur recette de cuisine préférée, inspirée de leurs attaches locales ou familiales. Une histoire de terroir, d’amis et de plaisirs partagés, loin des grands restaurants parisiens.

Dès lors qu’il s’agit d’évoquer son péché mignon, Olivier Falorni parle d’une madeleine de Proust, d’un «air de musique qui vous rappelle des souvenirs». Le sien se joue avec des élans corréziens et forestiers, éloignés des partitions océaniques de sa Charente-Maritime natale. Les premières notes commencent l’été, période pendant laquelle il se rendait, enfant, chez ses grands-parents maternels dans le hameau de Sevezergue, non loin d’Égletons, en Corrèze. Le jeune homme se levait à 6 heures du matin, avant de partir avec son grand-père en forêt en quête de champignons.

Olivier Falorni se souvient de «l’odeur des sous-bois et du plaisir de la découverte». «C’est comme pour

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici