samedi, août 13, 2022
19.7 C
Nantes

plébiscitée, Taubira pose ses conditions

L’ancienne ministre ne ferme pas la porte à une candidature en 2022.

La rencontre ne devait durer qu’une quinzaine de minutes. Elle s’est finalement prolongée pendant près d’une heure et demie. Début juillet, en marge du Festival international de journalisme de Couthures-sur-Garonne (Lot-et-Garonne), Christiane Taubira a échangé un soir, à l’improviste, avec trois de ses soutiens. Depuis des mois, ces derniers tentent, à travers un collectif, Taubira pour 2022, d’imposer sa candidature pour la présidentielle. Très discrète sur ses ambitions, l’ancienne ministre de la Justice de François Hollande les a enfin rencontrés. Et n’a pas fermé la porte à une candidature: «Si je mène campagne, c’est pour gagner», leur a-t-elle assuré. En ajoutant: «Je n’ai pas peur, pas peur de Marine Le Pen». Une réponse à ceux qui soufflent, au sein du PS, qu’elle n’oserait pas affronter la candidate du RN, et surtout qu’elle n’assumerait pas une éventuelle défaite.

Cependant, Christiane Taubira les a prévenus: sur le plan personnel, elle ne fera rien sans l’accord de sa famille.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici