mardi, juillet 5, 2022
25.1 C
Nantes

Turquie : le mécène Osman Kavala condamné à la prison à vie

Le mécène turc Osman Kavala a été condamné lundi 25 avril à Istanbul, en Turquie, à la prison à vie sans possibilité de remise de peine. Accusé d’avoir tenté de renverser le gouvernement, Osman Kavala, qui a toujours nié les charges pesant contre lui, était détenu depuis quatre ans et demi dans la prison de haute sécurité de Silivri près d’Istanbul. Sept co-accusés, qui comparaissaient avec lui, ont été condamnés à 18 ans de réclusion pour lui avoir apporté leur soutien.

→ PORTRAIT. Qui est Osman Kavala, la bête noire du président Erdogan ?

Surnommé le « milliardaire rouge » par ses détracteurs, Osman Kavala, 64 ans, était relativement inconnu du grand public quand il a été arrêté à l’aéroport d’Istanbul en octobre 2017, de retour d’un voyage dans le sud-est du pays.

Acquitté puis renvoyé en prison

Accusé de « tentative de renversement du gouvernement » pour avoir soutenu en 2013 des manifestations connues sous le nom de mouvement de Gezi, il avait été acquitté en février 2020.

À lire aussiErdogan prêt à une crise diplomatique au sujet de l’opposant Osman Kavala

Joie de courte durée : l’éditeur, né à Paris, avait été arrêté quelques heures plus tard avant même de pouvoir rentrer chez lui, puis renvoyé en prison, accusé une fois d’avoir cherché à « renverser le gouvernement » lors du putsch raté de juillet 2016, donc que d’espionnage.

Symbole de la répression

Son acquittement de février 2020 avait ensuite été invalidé par la justice turque. Depuis, la reconduction régulière de sa détention, malgré l’absence de jugement, en a fait le symbole de la répression du régime contre ses opposants.

→ EXPLICATION. Le président turc s’acharne sur le donateur Osman Kavala

L’affaire Kavala a déclenché à l’automne 2021 une crise diplomatique entre Ankara et une dizaine d’ambassadeurs occidentaux, dont celui des États-Unis. Ceux-ci avaient été menacés d’expulsion par le président Recep Tayyip Erdogan pour avoir réclamé sa libération. Des représentants du corps diplomatique européen et américain continuaient toutefois d’assister à chacune des audiences.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici