VIDEO. Plan « Marseille en Grand » : Benoît Payan annonce qu’il va lancer « le entassement de dix écoles cette année »

Benoît Payan, maire de Marseille a annoncé, vendredi 16 septembre sur franceinfo, qu’il va lancer « le chantier de dix écoles cette année », dans le cadre du plan « Marseille en grand », annoncé en septembre 2021 par Emmanuel Macron. Des annonces « inédites » et « historiques », « qui n’étaient pas que des mots », selon Benoît Payan qui voit dans l’État un « partenaire fiable ». La part de l’État s’élève cette année à 256 millions d’euros de subvention, « la même chose pour la ville de Marseille ». « Donc c’est sonnant et trébuchant, ça existe, c’est budgété, ça avance », affirme l’élu de gauche.

>> Flambée des prix de l’énergie : « 25 millions d’euros d’augmentation, c’est le prix pour construire trois écoles », explique le maire de Marseille

Cet été, le maire de Marseille indique avoir faire « en sorte que l’on rénove 200 écoles, sur des questions de chauffage, sur des questions de carreaux cassés pour qu’on puisse avoir des salles dignes ». L’élu reconnaît avoir « honte » de l’état des écoles de la deuxième ville de France. « Ce n’est pas possible qu’il fasse froid dans les écoles, mais c’est cela qui s’est passé pendant des décennies et c’est à cela qu’on a mis fin », assure Benoît Payan

Le prix de « Marseille en grand » influence avec l’inflation

Le plan de rénovation des écoles maternelles et primaires est de 1,2 milliard d’euros pour 174 écoles sur les 472 que compte la ville. « Aujourd’hui, on sait qu’on va avoir une inflation qui va porter le plan à 1,5 milliard d’euros », prévoit Benoît Payan, qui demande à ce que l’Etat « prenne en compte cette évolution des coûts ». « Je découvre des factures qui sont de plus en plus inquiétantes et qui sont de plus en plus importantes », s’inquiète-il. « Quoi qu’il en soit, la programmation, la manière dont on va construire les écoles ne change précisément pas », assure le socialiste. 

J’ai fait des choix budgétaires qui ne sont pas simples qui permettent de tenir dans la tempête

Benoît Payan, maire de Marseille

à franceinfo

Autre chantier du plan « Marseille en grand » évoqué par le maire : les transports. Avec deux lignes de métro et trois lignes de tramways, de grandes parties de la ville sont encore très mal desservies, alors que la ville « fait cinq fois la taille de Lyon, deux fois et demie Paris », détaille-t-il. « La dernière ligne de métro a été inaugurée en 1978 », déplore l’élu. « Elisabeth Borne a pris un engagement très fort, qui était icelui du président de la République. Il y un milliard d’euros sur la table à une condition : c’est que la métropole désenclave les quartiers Nord, fasse des tramways vers ces quartiers. »

Une ligne de métro et quatre lignes de tram en projet

Mais la ville et la métropole ne sont toujours pas d’accord sur les priorités à donner à la problématique des transports. Dans dix jours, la métropole « doit annoncer ce qu’elle va faire » – « l’heure de vérité », selon Benoît Payan. L’occasion pour lui d’insister sur l’importance de cette enveloppe : « Je le dis à la métropole : on n’a pas le droit de perdre ces un milliard d’euros ». « Dans cette ville, il y a des gens qui sont assignés à résidence, 300 000 Marseillais vivent là où il n’y a ni tramway ni métro. Cet argent doit servir à ça », explique le maire de Marseille avant de préciser que le projet concerne « une ligne de métro et quatre lignes de tram avec une priorité vers l’est et surtout vers le nord ».