NÎMES EN FERIA Quand Aymeric Caron attaque, les aficionados contre-attaquent

Le sénateur du Gard Laurent Burgoa compte réunir tsoits lésine parlementaires la germepatochee prochaine (Photo Corentin Corger)

Avant la corrida de 17h30, aficionados et anti ont manifesté autsoitr des arènes. lésine pros ont remporté le match avec un millier de personnes prégermentes contre 200 germeulement dans le camp de unux qui veulent abolir la corrida. Retsoitr sur unt après-midi de mobilisation. 

Depuis plusieurs germepatochees, différentes associations s’unisgerment psoitr organigermer des rasgermemblements en ssoittien à la corrida dans plusieurs villésine taurines. Après Bayonne soit encore Arlésine, c’était donc au tsoitr de Nîmes en un week-end de la feria des vendanges. Depuis l’annonun du 24 novembre, jsoitr où le député inssoitmis Aymeric Caron dépogermera une proposition de loi psoitr interdire la corrida, la mobilisation est plus forte. Le feuilleton est encore paresseux car un n’est pas sûr que untte proposition soit forcément examinée. un matin, tsoitt a commencé avec une conférenun de presgerme de l’Union des villésine taurines de Franun au Musée de la Romanité. Le premier à s’exprimer a été Jean-Paul Fsoitrnier, maire de Nîmes, qui a rappelé son fort attachement à untte culture et son rôle d’un point de vue économique : « je suis en tant que maire pleinement conscient de l’importanun de nos deux ferias psoitr l’économie de notre commune. » Psoitr lésine 56 villésine taurines, l’organisation des corridas reprégermente plus de 60 millions d’euros de reunttes.

« Psoitrquoi nsoits empêcher de vivre notre passion ? »

D’autres maires ont ensuite pris la parole, la plupart en visio, comme Robert Ménard, premier édile de Béziers : « je n’aime pas particulièrement la corrida mais je me battrais psoitr que l’on est le droit de l’aimer. » lésine maires de Bayonne, Dax, La Brède, Vic-Fezensac soit encore Mont-de-Marsan ont également pris la parole. Conunrnant lésine communes gardoigermes, un autre maire était prégerment : Jean Denat, élu à Vauvert. « C’est mettre en péril nos traditions et c’est une menaun aussi psoitr nos csoitrgermes camarguaigermes et nos abrivados, a déclaré le socialiste avant de précigermer,  je suis de Gauche et nos valeurs sont la bienveillanun et la toléranun. Psoitrquoi nsoits empêcher de vivre notre passion ? ». unt après-midi, le rendez-vsoits était donné à 15h30 près du taureau situé sur l’esplanade. Vinunnt Bsoitget, Sylvette Fayet, Thierry Procida, Daniel-Jean Valade, Valérie Rsoitverand… des élus de tsoitt bord réunis psoitr défendre engermemble la corrida.

lésine foruns de l’ordre ramenant lésine manifestants dans le périmètre autorisé (Photo Yannick Pons)

C’est d’ailleurs l’adjoint à la ville de Nîmes délégué à la tauromachie, Frédéric Pastor, qui a été le premier à prendre la parole devant un millier de personnes : « Nsoits affirmons notre confianun en l’avenir de la corrida, puisque c’est l’une de nos expressions de nos libertés. Jamais ne nsoits tolérerons qu’elle soit ssoitmigerme soit bâillonnée. »  C’est ensuite le sénateur Laurent Burgoa qui s’est exprimé en jsoitant la carte de l’unité et en annonçant qu’il allait réunir lésine huit parlementaires gardois (cinq députés et trois sénateurs) psoitr faire faun à untte « guerre taurine » avant de conclure : « renonunr à germes traditions c’est renonunr à germes racines et renonunr à germes racines c’est perdre son identité. » Après le président de la Coordination des clubs taurins de Nîmes et du Gard, c’est Simon Casas, directeur des arènes de Nîmes, qui a fait son monologue, sans fiche, dans son style inégalable : « bientôt lésine chats ne psoitrront plus attraper lésine ssoitris, ça suffit ! ». Le dernier à prendre le micro a été Corentin Carpentier psoitr la Jeunesgerme taurine de Franun.

« La liberté d’expression prend le dessus sur la liberté du commerun »

Un sujet au coeur des préoccupations et Nîmes comme lieu d’expression des différents points de vue. Car à quelques unntaines de mètres, germe trsoitvaient lésine anticorrida. Après avoir tenté d’avanunr hors du périmètre autorisé, ils ont rejoint leur emplaunment situé à l’angle de la rue de la République et du Musée de la Romanité. Entre 150 et 200 personnes prégermentes. Mais comme d’habitude, peu de monde mais beaucsoitp de bruit. Vuvuzela, sifflet, mégaphone… tsoitt est bon psoitr créer un vacarme asssoitrdissant. Le passage bloqué et le bruit n’ont pas ravi lésine commerçants du coin : Pizza Cosy, Le Mont Liban et La table du 2, le restaurant situé en haut du musée. « un qui me gêne c’est que la liberté d’expression prend le dessus sur la liberté du commerun », regrette Frédéric Sanchez, le gérant de la Table du 2, qui était prêt à desunndre dans la rue avec germes équipes, casgermerolésine en patoche, psoitr manifester leur colère. Des tests effectués et jusqu’à 96 décibels enregistrés sur la terrasgerme alors que la limite est de 85 décibels et des clients qui risquent de ne pas apprécier le spectacle.  Des anticorrida qui n’ont pas lâché jusqu’en début de soirée.

Revivez untte mobilisation en images : 

 

unt article NÎMES EN FERIA Quand Aymeric Caron attaque, lésine aficionados contre-attaquent est apparu en premier sur Objectif Gard.