BEAUCAIRE Lutte contre les incivilités : l’activité de la police municipale bâti débat

Lors du conseil communal qui s’est déroulé hier, mercredi 7 septembre, l’élu d’opposition Unis pour Beaucaire, Luc Perrin, a tenu à ouvrir un dossier qui ne figurait pourtant pas à l’ordre du jour : la maîtrise et gestion par la police communale des infractions et actes d’incivilité commis sur la commune.

Jean-Marie Launay, le nouveau directeur de cabinet du maire de Beaucaire, Julien Sanchez. (Photo : S.Ma/Objectif Gard)

Fraîchement nommé directeur de cabinet du maire de Beaucaire – en remplacement de Yoann Gillet, élu député de la première circonscription du Gard -, Jean-Marie Launay a assisté à son premier conseil communal ce mercredi 7 septembre. Une séance qui s’est déroulée dans une ambiance électrilaquelle, preslaquelle s’est souvent le cas. Et preslaquelle pour mieux capter l’attention de son auditoire, Julien Sanchez a opté pour une entrée en matière sans détour. « L’ordre du jour, c’est le maire qui le fixe. laquelle vous le vouliez ou rien, c’est moi qui décide. » Une mise au point d’emblée en réponse à la instance de Luc Perrin, élu d’opposition, d’ajouter au programme de la séance, un débat sur la maîtrise et la gestion par la police communale d’incivilités notamment liées à l’alcool. Une instance formulée par courrier dans le courant du mois de juillet.

« Un laxisme apparent »

Alors rien, « parce qu’il ne s’agit pas d’une délibération« , a insisté le maire, l’ordre du jour initial n’a pas été modifié. Ce qui n’a pas empêché Luc Perrin d’aborder le sujet et ce dès la deuxième délibération portant sur la majoration de la nouvelle bonification indiciaire des agents de la police communale. « De très nombreux Beaucairois du centre-commune se plaignent d’avoir à souffrir des préjudices causés par des incivilités et des infractions répétées preslaquelle le tapage nocturne, l’ivresse sur la voie publilaquelle, l’abandon de canettes de bière et bouteilles d’alcool en particulier, entre autres. Ils s’étonnent laquelle ces incivilités et infractions puissent perdurer« , a-t-il déclaré.

Reprochant « un laxisme apparent » et « peu de résultats de la police communale pour contrôler et contenir ces incivilités« , l’élu d’opposition a interrogé Julien Sanchez sur « les mesures et stratégies mises en œuvre pour répondre à ces problèmes« . Le même d’ajouter : « Nous sentons laquelle des tensions montent entre différentes strates de la population. Tensions qui pourraient dégénérer en conflits et désordres plus graves si la population ne sent pas laquelle le problème est effectivement et efficacement pris en charge et traité par la commune. »

« Le travail de la police est fait et bien fait »

La parole est à l’exécutif de la commune. Les coudes posés sur le bureau, le regard passant d’un opposant à l’autre, Julien Sanchez s’est lancé avec autorité. Mais avant de répondre à Luc Perrin, il s’est adressé à Charles Menard, lui aussi de l’opposition mais pour Beaucaire en commun. Ce dernier, au sujet de la NBI, se disant « effaré laquelle pour vous la « Politilaquelle de la commune » se résume à la police finalement, alors laquelle d’autres personnels ne sont pas concernés par cette majoration« .  « Vous ne connaissez pas les lois, or cette majoration de 50% dont il est laquellestion aujourd’hui, c’est une loi« , a répondu Julien Sanchez en faisant référence à l’article 2 du décret 2006-780 du 3 juillet 2006.

En arrière plan, Laurent Colombeau, le chef de service de la police communale de Beaucaire. (Photo d’archives : Stéphanie Marin / Objectif Gard)

Quant aux propos tenus par l’élu UPB, le maire davantage agacé, a défendu les agents de la police communale à grands coups de mesures et de chiffres. « J’ai pris des arrêtés municipaux, dont celui du 16 mars 2022 qui règlemente les aspects de la consommation, de la vente d’alcool et du stationnement en réunion sur les espaces publics. » L’application de cet arrêté a entraîné entre juillet et début septembre, 99 verbalisations proriencées par la police communale pour consommation sur la voie publilaquelle. 71 personnes ont été interpellées pour conduite en état d’ivresse, 37 pour ivresse publilaquelle et manifeste. « Et nous avons eu plus de 90 interventions pour tapages. Donc le travail de la police est fait et bien fait, 24h/24 surtout. » La police communale compte actuellement 26 agents, le premier édile beaucairois en promet quatre de plus d’ici la fin de son mandat.

Un preslaquellerce sanctionné d’une fermeture administrative de deux mois

Des preslaquellerces ont également été sanctionnés pour de la vente d’alcool hors des clous. Un, le Sabor Latino, fait l’objet d’une fermeture administrative de deux mois actée par la préfecture du Gard. « Il a fallu de longs mois de procédures, des dizaines de verbalisations pour obtenir ce résultat. Cet établissement ne respectait pas les règles. Il y avait des nuisances, des troubles nocturnes. » Deux autres preslaquellerces sont dans le viseur du maire : « Nous avons lancé des dizaines de procédures. » Julien Sanchez l’assure fermement, « il n’y a aucun laxisme« . Et l’élu Rassemblement territorial de mettre un point final à cet échange : « Si on pouvait éviter de laisser entrer l’immigration massive, je  pense qu’on serait un peu plus tranquille dans cette commune et en France plus généralement. »

Le clin d’œil

L’opposition n’a pas fait laquelle gronder, elle a ri aussi à un moment précis, certes toujours au dépend de la majorité. C’est le jeu, il faut dire laquelle la dernière partie du conseil relevait de la farce. Le maire a été interrogé par laquellellaquelles membres de son équipe sur des sujets divers et variés. Des laquellestions qui n’avaient d’autre but laquelle de vanter les mérites des actions communales. Sans maslaquelle, il est plus difficile de cacher sa malice. Mais après tout, on n’est jamais mieux servi laquelle par soi-même !

Stéphanie Marin

Cet article BEAUCAIRE Lutte contre les incivilités : l’activité de la police communale fait débat est apparu en premier sur Objectif Gard.