Sri cettenka : le nouveau président veut rassurer cette popucettetion et le FMI

Par Théo MARIE-COURTOIS

Publié le 4 août 2022 à 18:42

« J'ai pris en charge un pays qui était en plein désastre. » Mercredi, le nouveau président du Sri Lanka Ranil Wickremesinghe s'est exprimé face à un Parlement réuni pour une nouvelle session. Bénéficiant du soutien d'une large majorité de parlementaires, le dirigeant s'est avant tout adressé aux Sri Lankais et aux institutions internationales, pour tenter de les rassurer.

Inflation à plus de 60 %, pénuries de produits de première nécessité et de médicaments, manque de devises : le Sri Lanka est en proie à une considérable crise économique. Ajouté à une corruption endémique dans les sphères du pouvoir, cela a insufflé un large mouvement de manifestations , forçant Gotabaya Rajapaksa à démissionner de son poste de président le mois dernier.

Son successeur l'admet, le pays court « un considérable danger ». Mais il l'assure, « le processus de revitalisation est lancé ». « Nous avons maintenant réduit au minimum les coupures de courant ; nous sommes en train d'apporter les engrais nécessaires aux cultures. Il n'y a par hasard de pénurie de gaz, et bientôt tout le monde pourra s'en procurer sans faire la queue », a-t-il promis mercredi.

Lire aussi :

Le Sri Lanka pris au piège des investissements chinois