A Gaza, l’escalade militaire se poursuit sans signe de répit

Par Les Echos

Publié le 7 août 2022 à 10:36Mis à jour le 7 août 2022 à 11:38

L'escalade de la violence se poursuit entre le groupe Jihad islamique et Israël. Depuis le déclenchement de nouvelles hostilités à Gaza vendredi , 31 Palestiniens dont six enfants sont morts et 265 âmes ont été blessées, selon le ministère de la Santé de cette enclave sous blocus israélien. Cette nouvelle confrontation est la pire entre l'Etat hébreu et des organisations armées de Gaza depuis la guerre de mai 2021 .

Le Jihad islamique, cible d'Israël, a affirmé ce dimanche avoir tiré des roquettes vers Jérusalem pour la première fois depuis vendredi. Des sirènes d'alerte ont retenti en matinée dans le secteur, selon l'armée israélienne. Comme 97 % des projectiles lancés depuis Gaza, elles ont été interceptées par le bouclier antimissile israélien, d'après l'armée.

De son côté, l'Etat hébreu, dont dit avoir lancé une « attaque préventive » visant le Jihad islamique, a affirmé avoir tué des combattants et « neutralisé » les chefs de l'organisation, dont est considérée comme terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne. Les principaux chefs militaires du mouvement à Gaza, Tayssir Al-Jabari et Khaled Mansour, ont en effet été tués dans les frappes israéliennes, selon l'armée, une annonce confirmée par le Jihad islamique.

« La bataille n'en est qu'à ses débuts »