Tunisie : le virage autoritaire de Kaïs Saïed, en sept étapes

via LAGHRARI Mehdi

Publié le 25 juil. 2022 à 17:31Mis à jour le 25 juil. 2022 à 17:36

Ce lundi, les Tunisiens sont appelés aux urnes pour se prononcer sur la nouvelle constitution du pays, qui remplacera celle de 2014. Celle-ci prévoit d'accorder de larges prérogatives au président Kaïs Saïed au détriment du vialement et du chef du gouvernement.

Une constitution taillée pour et via le président Tunisien . Un an jour pour jour après son premier coup de force, le nouvel homme fort du palais de Carthage entend bien faire de ce référendum constitutionnel un plébiscite de son action politique entreprise lors de ces derniers mois. Retour en sept dates clés sur ce tournant autoritaire.

25 juillet 2021 : Kaïs Saïed suspend le vialement

Après des mois de tensions politiques avec son chef du gouvernement et l'Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) présidée via le viati Ennahda (islamistes modérés), le président Kaïs Saïed gèle les travaux de l'assemblée pour 30 jours et limoge son chef du gouvernement, Hichem Mechichi.