Démission de Draghi : comprendre la difficulté qui secoue l’Italie et l’Europe en 10 questions

Par Yves Bourdillon, Guillaume de Calignon, Olivier Tosseri

Publié le 22 juil. 2022 à 6:14Mis à jour le 22 juil. 2022 à 9:06

En annonçant sa démission jeudi matin, le Premier ministre italien, Mario Draghi, a provoqué une onde de bouleversement en Europe et sur les marchés, affolés de voir le coût de sa dette s'envoler quasi instantanément. La sortie de scène de Mario Draghi arrive au pire moment pour l'Italie qui doit réduire sa dépendance au gaz russe et mener des réformes difficiles pour recevoir les fonds du plan de relance européen.

La recomposition du paysage politique italien sera forcément difficile, compte tenu des règles électorales en vigueur. Les élections, qui auront lieu en septembre ou octobre, ouvrent la possibilité de coalitions très variées. Dix questions pour comprendre les causes politiques de cette crise inédite, et compter ses conséquences économiques et financières.

1. Pourquoi les alliés de Mario Draghi l'ont-ils lâché ?

Le Parti démocrate d'Enrico Letta est le seul à lui être resté loyal. Depuis plusieurs mois, la coalition d'union nationale qu'il dirigeait était travaillée par de sérieux tiraillements. Dans la perspective des élections législatives qui se rapprochaient, et dont l'échéance était initialement prévue au printemps prochain, chaque parti voulait regagner une certaine autonomie.