le soir où un tweet a fait capoter les négociations au Parlement

RÉCIT – Un accord députés-sénateurs sur le passe vaccinal, sur le point d’être conclu, a été torpillé jeudi par un tweet du chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, contraignant les parlementaires à reprendre l’examen du texte.

La nuit vient de tomber et l’accord est quasiment prêt. À huis clos, au premier étage de l’Assemblée nationale, ce jeudi, les parlementaires se préparent à entériner le projet de loi visant à transformer le passe sanitaire en passe vaccinal. Tout l’après-midi, les uns comme les autres ont consenti à des concessions. «Il faut qu’on avance. Il faut trouver un accord», a répété à ses collègues le rapporteur du texte pour le Sénat, Philippe Bas.

Le sénateur de la Manche va bientôt pouvoir souffler, comme les six autres sénateurs et les sept députés de la commission mixte paritaire (CMP), chargés d’écrire une version consensuelle du texte. Après trois semaines de débats sous tension au Parlement, l’issue est proche: les administrateurs de l’Assemblée finalisent le rapport actant les conclusions des quatre heures de réunion. En attendant, les membres de la commission font une pause.

Vers 17 heures 45, un tweet s’affiche sur le portable de Yaël Braun-Pivet. Stupeur de la présidente (La République…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous