«L’OPA» d’Eric Zemmour sur la twittosphère LR et RN

FIG DATA – Depuis la rentrée de septembre jusqu’au discours de Villepinte, le candidat a aspiré une grande partie du Twitter politique de droite. La tendance s’inscrira-t-elle dans le temps ?

Un peu de l’électorat des Républicains, et un peu de celui du Rassemblement national, voire beaucoup des deux. C’est là où le candidat Eric Zemmour semble piocher ses intentions de vote dans les sondages, comme le Fig Data l’a analysé dès novembre. Mais il est un réseau, Twitter, où l’ancien journaliste fait aussi des émules.

Le petit oiseau bleu du web, investi par les partis politiques et les médias, peut faire figure de baromètre politique, s’il est analysé avec les biais qu’il comporte. C’est la tâche à laquelle s’attelle l’Institut des Systèmes complexes (ISC-PIF) depuis un peu plus de cinq ans. Les données Twitter, de près d’un million de comptes français récoltées par l’ISC-PIF, permettent en effet de définir des communautés politiques, en fonction des taux d’engagement et des retweets de personnalités politiques.

Dernier constat en date de l’institut : la rentrée politique a été marquée par de nombreux mouvements, surtout à droite, et bousculée par l’émergence d’Eric Zemmour.

Les droites bousculées

Dans d’autres périodes électorales, les chercheurs ont déjà eu l’occasion d’observer des fusions entre les communautés RN et LR (par exemple). Dernièrement, « ce qui est étonnant, c’est qu’une personnalité réussisse à imposer ses thèmes…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous