L’exécutif refuse de laisser le terrain à la droite

REPORTAGE – En visite dans les Deux-Sèvres jeudi et vendredi, Gabriel Attal et Amélie de Montchalin ont défendu le bilan du gouvernement.

Envoyé spécial à Thouars (Deux-Sèvres)

Amélie de Montchalin s’est présentée en alchimiste, en entrant dans le bar-tabac: «On transforme les promesses en action!» Dans le centre-ville de Thouars (Deux-Sèvres), ce vendredi, la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques s’est remise à vanter le bilan du quinquennat aux côtés du porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Devant les tenancières de l’établissement, elle insiste: «Il y a parler, et puis il y a faire.» Comprendre, selon la dialectique en vigueur: les candidats, et les gouvernants.

Hors de question pour l’exécutif de se faire oublier. Face à des Républicains (LR) sur le point de se doter d’un représentant pour 2022, aux premiers pas d’Éric Zemmour candidat et à l’activisme de Marine Le Pen, les deux ministres ont choisi la méthode classique: occuper le terrain.

Pendant plusieurs heures, de la halle de la ville jusqu’à une entreprise d’emballages, le duo Gabriel Attal-Amélie de Montchalin s’enquiert de la bonne application

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous