La Primaire populaire, dernière tentative pour une candidature unique à gauche

DÉCRYPTAGE – Avec ce dispositif, des militants espèrent encore faire l’union de la gauche avant l’élection présidentielle.

Pour Anne Hidalgo, c’était non, mais finalement c’est oui. Après avoir formellement refusé de participer à La Primaire populaire, la candidate du Parti socialiste affiche désormais son intérêt pour ce dispositif qui cherche à réunir la gauche autour d’un seul candidat en 2022. «Organisons une primaire», a en effet exhorté la maire de Paris ce mercredi soir sur TF1, déplorant une «gauche fracturée», qui «désespère beaucoup de nos concitoyens».

De quoi réjouir les organisateurs de La Primaire populaire, qui mettent la pression sur les candidats depuis plusieurs mois. En octobre, 130.000 inscrits ont en effet parrainé plusieurs personnalités de gauche (qu’elles le veuillent ou non). Cinq hommes et cinq femmes ont ensuite été retenus comme candidats potentiels. Parmi eux: Anne Hidalgo, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. Mais également l’économiste et prêtre jésuite Gaël Giraud, l’ancienne garde des Sceaux Christiane Taubira, les Insoumis François Ruffin et Clémentine Autain, ainsi que l’eurodéputé…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous