la désillusion de Michel Barnier

DÉCRYPTAGE – L’ancien ministre s’est incliné à la troisième place du premier tour de scrutin en recueillant 23,93% des suffrages, derrière Éric Ciotti et Valérie Pécresse qui se retrouvent en duel pour le second tour.

Michel Barnier n’a pas réussi son pari. Le candidat le plus expérimenté de la compétition s’est finalement incliné à la troisième place lors du premier tour de scrutin, jeudi. L’ex-chef opérationnel du Brexit n’avait pas ménagé sa peine dans cette campagne éprouvante durant laquelle il avait insisté sur la notion de « respect ». Respect entre les candidats et respect dû aux Français, , disait-il. De manière inlassable, il aura également répété « Je vais gagner » tout au long de la bataille mais cet excès d’optimisme s’est révélé vain.

Finalement, cet échec est la défaite d’un adversaire qui avait pourtant rassemblé le plus grand nombre de parrainages et que beaucoup croyaient en tête dans les fédérations. Mais au fil de la bataille, sous le regard parfois inquiet de ses proches, Michel Barnier n’a pas réussi à « fendre l’armure », comme certains de ses soutiens le lui avaient conseillé. Il a tracé sa route en croyant que son image de présidentiable « sérieux » et sa stature

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous