Halle à tabac, gendarmerie… Quand des sites désaffectés se transforment en lieux de vie

A Dieppe, un cinéma dans une halle à tabac

Depuis novembre 2019, cette ancienne manufacture de tabac datant du XIXe siècle revit. Désaffecté pendant de nombreuses années, le lieu a entièrement été réaménagé pour accueillir un cinéma de 4 000 m2, doté de huit salles, ainsi qu’un espace aux notes anglo-saxonnes mêlant bar, brasserie, écrans géants… Un véritable lieu de vie pour les Dieppois. Il faut dire que la réalisation est réussie. Avec ses murs de brique, ses poutres apparentes et ses anciens rails mis en valeur, le site vaut autant le détour pour son architecture que pour ses films. 

En face de la gare, à proximité du coeur de ville et du port de la cité normande, ce cinéma d’un nouveau style participe de la redynamisation du centre. Le coût du projet ? 8 millions d’euros. 

A Dunkerque, une médiathèque « tiers-lieu »

Médiathèque de Dunkerque

– (c) SDP

C’est une médiathèque nouvelle génération qui a vu le jour en mai 2019 à Dunkerque. Baptisé B!B, pour « Bonheur intérieur brut », le projet est né d’une concertation citoyenne. Installée dans un bâtiment entièrement repensé ­ ancien siège du musée des BeauxArts ­, la bibliothèque de la ville accueille désormais, sur 3 000 m2, des livres, bien sûr, mais aussi un salon de musique avec piano, un jardin, un café, un auditorium, des jeux vidéo… Bon nombre d’événements y sont également organisés. Un tiers-lieu public, en quelque sorte, qui fait revivre le quartier du théâtre, le transformant en pôle créatif. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

La municipalité entend faire de ce nouvel « objet culturel non identifié » un moyen de redynamiser le centre-ville. Le tout en accès libre. 

A Clichy, un incubateur d’artistes

Incubateur POUSH à Clichy

– © Philippe Billard – OFFICE HOURS – The Community

Des artistes dans un immeuble de bureaux ? C’est l’idée de Laure Confavreux-Colliex et Hervé Digne, fondateurs de l’entreprise de conseil et de production artistique Manifesto. Leur volonté : offrir aux créateurs ­ confrontés à des loyers inabordables -­ un lieu dédié. Baptisé POUSH, le projet voit le jour en mai 2020. Quelque 80 artistes s’installent alors sur trois étages, à Clichy. Petit à petit, le concept prend de l’ampleur. A ce jour, 220 sculpteurs, écrivains, vidéastes… de 40 nationalités occupent huit étages.nLe prix ? De 11 à 14 euros le m2, comprenant le loyer, l’accompagnement juridique et administratif, ainsi qu’un carnet d’adresses et l’accès à de nombreux événements. Un tarif qui, à la lisière de Paris, défie toute concurrence. 

A Chambéry, le grand écran en plein centre-ville

Le cinéma a relancé l’activité du centre-ville de Chambéry

– (c) Getty Images/iStockphoto

Comment les cinémas des villes moyennes viennent-ils inventer une nouvelle architecture ?C’est aussi ce qu’a voulu montrer la ville de Chambéry il y a une dizaine d’années. Plutôt qu’un multiplexe en périphérie de la ville, la municipalité a choisi d’intégrer un cinéma de 10 salles au coeur du projet de réhabilitation des Halles. Objectif : redynamiser les commerces et rendre la ville plus attractive.  

Et ça marche ! Installé près du marché, le Pathé Les Halles Chambéry s’inscrit aujourd’hui dans un quartier dynamique, avec de grandes enseignes, mais aussi des bars, des restaurants et des métiers de bouche qui semblent se renforcer les uns les autres. Un bel exemple culturel qui permet de réduire la vacance commerciale en centre-ville. 

A Troyes, un hôtel dans une gendarmerie

Un Hôtel-Spa dans une ancienne gendarmerie à Troyes

– (c) SDP

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

La municipalité de Troyes en est persuadée : un hôtel peut contribuer à l’attractivité d’un centre-ville. Comment ? En y intégrant un spa, une piscine et un grand restaurant ouverts à tous. La particularité de La Licorne ­ c’est son nom ­ réside aussi dans son architecture. Ce nouvel établissement de luxe de 53 chambres et suites, qui doit voir le jour en 2022, sera installé sur le site de l’ancienne caserne de gendarmerie. L’ensemble de plus de 4 600 m² bénéficiera d’une jolie vue sur les quais de Seine et d’une position stratégique, à proximité immédiate du centre historique. De quoi rendre cette partie de la ville encore plus dynamique, dans le prolongement du réaménagement des quais, de la Cité du vitrail, du pôle muséal et du centre de congrès. 

Opinions

Tribune

Par Carlo Ratti*

Chronique

Par Antoine Buéno*

Chronique

Jean-Laurent Cassely