Le projet de mur polonais s’invite dans le débat politique français

La réaction de Varsovie à la crise migratoire divise au sein du gouvernement Castex. La droite comme la gauche se saisissent du sujet.

La situation migratoire tendue à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne remet l’immigration au cœur de l’actualité, trois mois après la crise afghane. Le projet polonais de construction d’un mur à sa frontière a été diversement accueilli au sein de l’exécutif. En pointe sur ce dossier, Clément Beaune, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, a expliqué mardi sur France 2 «ne pas être pour une Europe qui se hérisse de barbelés ou se couvre de murs». S’il est «pour une Europe qui n’a aucune naïveté et qui tient ses frontières», il «plaide pour qu’en Pologne on déploie la police européenne des frontières (Frontex)». «Ils n’en veulent pas, mais ce serait utile», insiste le secrétaire d’État, qui veut des «pratiques humaines et respectueuses des droits» des migrants.

Au même moment, sur France Inter, le ton du porte-parole du gouvernement était sensiblement différent. La France «n’a pas de leçons à donner aujourd’hui à des pays confrontés à cette situation», a expliqué Gabriel

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous