Sécurité, logement, école… le plan pour sauver Marseille

DÉCRYPTAGE – En visite dans la cité phocéenne, Emmanuel Macron a présenté son plan «Marseille en grand» le 2 septembre.

200 policiers et 500 caméras

Quelque 200 policiers supplémentaires «arriveront en 2022», en plus de la centaine déjà envoyée en 2021. De même, «les deux compagnies de CRS présentes depuis mars (dernier) seront pérennisées». Enfin, le président a annoncé qu’il financerait le déploiement de «500 caméras de visiosurveillance dans les quartiers nord».

Un hôtel de police et des équipements

Le chef de l’État a annoncé que 8 millions d’euros allaient être mobilisés pour renforcer les équipements numériques et matériels de la police, notamment en renouvelant une partie de la flotte des véhicules. «Un nouvel hôtel de police» va également être construit, pour un total de 150 millions d’euros.

«Intensifier» la lutte contre l’habitat indigne

Près de trois ans après l’effondrement de deux immeubles qui a coûté la vie à 8 personnes dans la rue d’Aubagne, Emmanuel Macron a appelé à «accélérer» l’objectif de «réhabilitation de 10 000 logements dans les quinze prochaines années».

Rénover les écoles en délabrement

Alors que 174 écoles sont dans un état critique, le président a décidé la création d’une société de financement «pour réussir ce combat éducatif, faire plus, innover et faire de Marseille un laboratoire».

Installation de 10 micro-collèges et 10 micro-lycées

Le président de la République a annoncé l’installation, dès la rentrée 2022, de 10 micro-collèges et 10 micro-lycées dans les quartiers. Ces établissements, qui réuniront des classes d’une vingtaine d’élèves décrocheurs, auront pour objectif de les «raccrocher au système scolaire».

Rénover les hôpitaux

Un «changement d’échelle» face à la «faiblesse du système de santé marseillais». Alors que l’État soutient déjà les hôpitaux universitaires de Marseille (AP-HM) et que 169 millions d’euros sont sur la table pour les réhabilitations de la Timone, de l’hôpital nord et du Samu, Emmanuel Macron a décidé de «faire plus» en mobilisant 50 millions d’euros supplémentaires pour la création d’un pôle «mère-enfant» et en apportant son soutien au lancement d’une «maison des femmes».