Au Parlement, cinq mois de travail pour clore les réformes

RÉCIT – Éventuelle réforme des retraites, état d’urgence sanitaire, budget du dernier quinquennat… de nombreux dossiers demeurent en suspens avant l’élection présidentielle.

Cinq mois pour tenter de réformer: Emmanuel Macron sait que le temps est compté à l’approche de l’élection présidentielle. Ministres et parlementaires ont jusqu’à la fin du mois de février pour faire adopter leurs derniers textes à l’Assemblée nationale et au Sénat, avant la suspension des travaux et l’ultime ligne droite de la campagne électorale.

Au-dessus de ce calendrier sous contraintes, l’ombre du Covid-19 plane toujours: le premier projet de loi de la rentrée, examiné ce mardi par les députés et jeudi par les sénateurs, vise à proroger l’état d’urgence sanitaire dans sept territoires d’outre-mer.

Une décision que l’exécutif n’exclut pas d’appliquer au-delà du 15 novembre à l’échelle nationale, y compris pour le passe sanitaire… Au risque de raviver les attaques des anti-passe. «Si ce texte est présenté, il sera moins sensible qu’à l’été, car l’opinion est désormais très largement convaincue par ce dispositif», veut toutefois croire un membre de la majorité à l’Assemblée.

Dans l’attente

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous