«2022, parce qu’Édouard Philippe ne sera jamais le Juppé de Macron»

CONTRE-POINT – La clarification de dimanche permet à l’ancien premier ministre de poser ses jalons sans être suspecté par les macronistes d’œuvrer contre Macron en travaillant pour lui.

De l’art de transformer une évidence en un fait politique. Qu’Édouard Philippe se présente en 2022 contre Emmanuel Macron était impossible ; qu’il soutienne un autre candidat que lui était impensable. Qu’il réaffirme son soutien au président allait donc de soi. L’impact dans la macronie de ces garanties renouvelées souligne donc en creux comment l’inconnue Philippe était devenue un objet d’inquiétude pour les proches du chef de l’État.

Il y a d’abord eu un fait politique: Emmanuel Macron l’a remplacé par Jean Castex alors qu’il était désireux de rester premier ministre. Il l’a accepté, mais en a été blessé. Il y a eu ensuite une réalité psychologique: en publiant son livre au printemps, le maire du Havre s’est dit «loyal et libre». Les macronistes ont retenu avant tout l’adjectif libre. S’interrogeant alors sur les ambitions et la stratégie du remercié de l’an III. Ces réactions craintives ont agacé un Philippe qui n’aime pas que l’on doute
de sa loyauté. Ce cercle vicieux n’a pas révélé

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous