Polémiques, critiques… La première année chaotique des maires écologistes

ANALYSE – Après la «vague verte» de juin 2020, les élus se félicitent de leur action. Mais l’année a été marquée par de vives tensions avec leurs oppositions.

Lyon, 8 juillet 2021. Réunis devant l’édile écologiste Grégory Doucet, les élus de la majorité, comme de l’opposition, tiennent un dernier conseil municipal avant la trêve estivale. Après quelques interventions, Pierre Oliver, maire Les Républicains (LR) du 2e arrondissement, s’exprime au micro. «En un an, on ne se souvient de rien d’autre que des polémiques, lance-t-il. Il n’y a aucune politique courageuse et vous méprisez les problèmes de sécurité. Avec vous, tout est caricatural.» En face, Grégory Doucet se contente de distribuer la parole. L’échange, stérile, reflète une année de dialogue de sourds. En privé, l’élu s’amuse même du «théâtre du conseil municipal» où «les postures» deviennent «politiciennes». «On a à chaque fois droit aux grandes tirades», raille-t-il.

Dans la ville du Rhône comme ailleurs, les nouveaux maires arrivés «par surprise» le 28 juin 2020 peinent à se faire accepter par leurs assemblées. D’un côté, l’opposition dénonce une gestion «sectaire», «sans concertation»

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 82% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous