La prudence de Mélenchon vis-à-vis des opposants au passe sanitaire

Le candidat à la présidentielle ne veut donner aucun argument à ceux qui pourraient l’accuser d’être antivax, mais sans effaroucher ces derniers en pleine précampagne présidentielle.

Les insoumis seront-ils dans la rue samedi, dans les cortèges plus nourris au fil des semaines d’antivax mélangés aux opposants au passe sanitaire? Ils font bien ce qu’ils veulent à condition de ne pas se mélanger à l’extrême droite, avait indiqué en substance Jean-Luc Mélenchon mi-juillet. Seul avertissement: «Je demande qu’ils refusent de se confondre et que nous soyons tous confondus avec des expressions inexactes et totalement inappropriées.»

Le candidat à la présidentielle était prudent. Il attendait aussi de voir comment allaient tourner ces marches. Une méfiance donc, mais pas question de ne pas habiter ce mouvement populaire. Comme avec le mouvement des «gilets jaunes», qui fut très mélangé lui aussi, et susceptible de tous les dérapages politiques. Le 31 juillet dernier dans la nuit, après avoir constaté le succès de la marche, le leader des Insoumis a donc exprimé une forme de soutien. «Les marches de ce samedi doivent être comprises et respectées, a-t-il écrit sur Twitter. Le

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 65% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous