Jadot le pragmatique à la recherche des électeurs

Le candidat à la primaire des Verts mise sur 70.000 votants, les 16 et 28 septembre.

«Depuis douze ans que je suis dans ce parti, je n’ai jamais arrêté d’être en campagne…» En gare de Bordeaux, à la sortie de son train en provenance de Paris, Yannick Jadot dresse ce constat comme une évidence. Sa vie se déroule entre deux gares. Et les deux semaines de congé qu’il s’est octroyées cet été passent à ses yeux pour un luxe nécessaire. Car après le semi-marathon en cours de la primaire des écologistes, il se projette déjà dans le marathon de la présidentielle. «Je parle aux Verts, mais je m’adresse déjà aux Français», reconnaît le mieux placé dans les sondages des cinq candidats du pôle écologiste. Un dernier Ipsos le place à 11 %, en tête de toute la gauche.

Le député européen sait pourtant que l’affaire est loin d’être gagnée. Dans son parti, le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. Seule conviction: ses chances de l’emporter passent par la participation la plus importante au scrutin qui se déroule en deux tours entre le 16 et le 28 septembre. Tout le monde peut

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous