Chirac et Jospin pris au piège des affaires et de l’insécurité

L’ÉTÉ AVANT LA PRÉSIDENTIELLE (4/6) – Cet été-là, le président tente de communier avec les Français et son premier ministre vante «son» million de chômeurs de moins. Mais un lourd climat s’installe dans le pays.

Jolie frimousse et cœur sur la main, Amélie Poulain s’efforce de faire le bonheur des autres, en cet été 2001. Sur les écrans, son Fabuleux destin ravit des millions de Français. À l’Élysée, Jacques Chirac a demandé à le visionner en projection privée. Le président aimerait tant capter le sourire de l’héroïne et de ses spectateurs! Ses proches planchent déjà sur sa réélection en 2002, avec quelques mots magiques en tête: «tolérance», «fraternité», «humanisme». «La France d’Amélie Poulain», insiste dans la presse l’un de ses soutiens, le député RPR François Fillon. À mille lieues de celle des cobayes de «Loft Story», la nouvelle émission controversée de M6.

À Matignon, Lionel Jospin a aussi réclamé de voir le film de l’année. Si seulement il pouvait bénéficier des bonnes grâces d’Amélie! Le premier ministre socialiste a fêté en mars «son» million de chômeurs de moins, mais la courbe remonte déjà. La croissance ralentit, la Bourse se tasse, le passage à l’euro s’annonce périlleux.

Sa «majorité

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous