un projet de loi à marche forcée

Les nouvelles mesures anti-Covid sont étudiées dès ce lundi 19 juillet. Une véritable course contre la montre législative est engagée pour enrayer la progression du variant Delta.

Projet de loi, puis examen parlementaire accéléré : le train de nouvelles mesures anti-Covid, dont l’extension controversée du passe sanitaire, arrive dès lundi 19 juillet en Conseil des ministres avant un parcours en forme de course contre la montre face à la progression du variant Delta.

Une semaine après les annonces d’Emmanuel Macron, sur lesquelles le chef de l’État joue une bonne partie de son crédit en vue de la présidentielle de 2022, le projet doit donc être adopté ce lundi en Conseil des ministres.

Mesures fortes du texte soutenues par une majorité de la population mais qui soulèvent des critiques, voire des appels à manifester : la vaccination obligatoire pour les soignants et l’extension du passe sanitaire (prouvant qu’on est entièrement vacciné, en possession d’un test négatif récent ou immunisé) pour accéder aux trains ou aux bars et restaurants.

L’objectif est de relancer massivement la vaccination face à l’avancée fulgurante du variant Delta, et d’éviter qu’une quatrième vague épidémique n’oblige à revenir à des mesures de confinement ou de couvre-feu au moment où l’économie repart. Le nombre de vaccinations a atteint le record de 879.597 injections vendredi, s’est félicité le ministre de la Santé Olivier Véran.

Mardi à l’Assemblée nationale, jeudi au Sénat

Pas un jour de perdu : le projet de loi viendra mardi en fin de journée en commission à l’Assemblée nationale, avant l’hémicycle le lendemain. Le tour du Sénat, dominé par la droite, viendra jeudi, en vue d’une adoption définitive d’ici la fin de semaine, au bout de la session extraordinaire de juillet.

Députés et sénateurs pourraient assez rapidement tomber d’accord sur ce texte, qui fait l’objet sur ses principes d’une assez large approbation, hormis du côté de La France Insoumise et du Rassemblement National.

Cependant, dans le détail des mesures, des élus de gauche, de droite et également de la majorité comptent rechercher le meilleur équilibre entre protection de la population et restriction des libertés. Les groupes LR et centriste du Sénat ont déjà annoncé qu’ils saisiraient le Conseil constitutionnel «pour avoir toutes les garanties possibles», dès l’adoption du projet de loi.