«Un outil à remettre à sa juste place»

CONTRE-POINT – La crédibilité des sondages, technique ancienne et éprouvée, serait plus forte s’ils étaient utilisés avec plus d’humilité et de prudence.

Il n’y a que l’intention qui compte, dit-on pour consoler qui a raté la réalisation d’un projet. Étendre cette bienveillance aux sondages serait périlleux. En matière électorale, il est impossible de dire qu’il n’y a que l’intention de vote qui compte. Seul le vote compte. Sondeurs, observateurs ou acteurs politiques, tous ont trop souvent tendance à l’oublier.

La mesure de l’opinion est une technique ancienne et éprouvée. Elle est nécessaire dans la mesure où une population entière ne peut pas voter en permanence et sur tout. Les sondages peuvent être aussi une aide à la décision dès lors qu’ils ne la dictent pas. Leur crédibilité serait plus forte cependant s’ils étaient utilisés avec plus d’humilité et de prudence. Or, le cycle semble immuable: avalanche d’enquêtes durant la campagne, constat du décalage par rapport aux résultats, reprise de la rengaine sur le thème «les sondages se sont encore trompés», et… publication immédiate de nouveaux sondages sur l’élection suivante.

Une fois encore,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous