Prendre en compte le vote blanc pourrait-il faire baisser l’abstention des jeunes ?

LA VÉRIFICATION – Dans une note remise à Emmanuel Macron, Sarah El Haïry, secrétaire d’État à la Jeunesse, préconise la prise en compte du vote blanc pour lutter contre l’abstention des jeunes.

LA QUESTION. 85%. C’est la proportion des 18-34 ans qui n’ont pas voté aux dernières élections régionales et départementales. Pour y remédier, la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, Sarah El Haïry, a lancé une vaste consultation. Sur RFI, lundi 26 juillet, elle en a présenté les trois grands points : «L’intérêt pour le vote, les modalités de vote et le parcours de citoyenneté»

Une note a ensuite été remise au président de la République. La secrétaire d’État y préconise la prise en compte du vote blanc : «Il y a une vraie différence entre celui qui se déplace dans un bureau de vote et qui met un bulletin et celui qui ne se déplace pas du tout». La comptabilisation du vote blanc pourrait-elle vraiment faire baisser l’abstention chez les jeunes ?

VÉRIFIONS. Commençons par distinguer le vote blanc du vote nul. «Une enveloppe ne contenant aucun bulletin est assimilée à un bulletin blanc», explique le Code électoral. «Le vote est nul quand les bulletins portent

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous