«Les sondages influencent le vote»

INTERVIEW – Selon le consultant et ancien directeur du Service d’information du gouvernement, Philippe Guibert, le débat public se structure à tort autour des intentions de vote.

LE FIGARO. – Les sondages sont-ils des instruments fiables?

Philippe GUIBERT. – Les questions d’opinion ou les baromètres de popularité ne posent aucun problème de fiabilité ; en revanche les intentions de vote, oui! Les régionales de juin en ont été une nouvelle démonstration, bien au-delà des marges d’erreur statistiques. La boussole sondagière se dérègle pour les élections intermédiaires, en particulier quand il y a des sauts de participation, à la hausse ou à la baisse. Le plus surprenant, en réalité, est que les sondeurs ne prennent même pas la peine d’expliquer ces écarts. Il est vrai que les médias leur commandent des intentions de vote à la présidentielle, à peine les bureaux de vote des régionales fermées…

On nous rassure en rappelant qu’en 2017, à la présidentielle, elles ont vu juste, et donc qu’elles verront sûrement juste en 2022! C’est un pari audacieux, qui repose sur l’hypothèse d’une forte participation. Il y aura bien sûr beaucoup plus d’électeurs en avril prochain qu’en

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous