«La vaccination, un enjeu de communication»

CONTRE-POINT – La vaccination n’a rien de punitif; elle est la condition de la liberté préservée. Confiner, c’était empêcher, vacciner, c’est permettre.

Juillet 2020 ou juillet 2021? Les années se suivent et, hélas, se ressemblent. Du moins en partie. Il y a un an tout juste, Emmanuel Macron espérait tourner la page du Covid. Les chiffres de la pandémie s’étaient effondrés. De la gestion de crise, on allait passer à la mise en place du plan de relance; et reprendre le cours normal du quinquennat. Dans son interview télévisée du 14 Juillet, le chef de l’État remettait même sur la table la réforme des retraites. Le remplacement d’Édouard Philippe par Jean Castex à Matignon visait à souligner ce changement de séquence, sinon d’époque. Et la deuxième vague déferla.

Cette fois, Macron l’a annoncé dans Elle, pas question de changer le premier ministre. Mais le bout du tunnel, une fois encore, était en vue. Et les indicateurs en chute libre. De plus de 7000, le nombre des réanimations est passé sous la barre des 1000. Ce qui prouve au passage à tous les «enfermologues» que le déconfinement résolument programmé par le chef de l’État était pleinement

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous