«il n’y a pas d’obligation vaccinale, il y a une incitation maximale», selon Gabriel Attal

Le porte-parole du gouvernement ne veut pas faire peser de nouvelles restrictions sur les personnes vaccinées.

Coup de pression. Face à la poussée du variant Delta, l’exécutif ne veut pas réitérer les mêmes erreurs qu’à l’été 2020. Après l’allocution d’Emmanuel Macron lundi soir, appelant solennellement les Français à se faire vacciner, tout en étendant le pass sanitaire, le gouvernement a fait mardi matin le SAV des annonces présidentielles. Ce fut notamment le cas de Gabriel Attal. Invité sur Europe1, le porte-parole du gouvernement a d’abord affirmé que les non-vaccinés d’ici début août, date de la mise en place du pass sanitaire dans les cafés et les restaurants, devront effectuer régulièrement des tests PCR pour se rendre dans ces lieux. Une disposition d’autant plus prégnante qu’elle contraindra aussi les salariés y travaillant. En clair, tant qu’ils ne sont pas complètement vaccinés, ils devront faire un test PCR tous les deux-trois jours. «On ne peut pas faire peser sur des personnes qui se sont fait vacciner des contraintes liées à une reprise épidémique qui serait le fait de personnes qui n’ont pas voulu se faire vacciner», a fait valoir le porte-parole du gouvernement.

«Le message du président de la République a été entendu».

Concernant l’obligation vaccinale des soignants, elle sera contrôlée par les employeurs pour les salariés, par les ARS ou la caisse primaire d’assurance maladie pour les professionnels libéraux. De toute évidence, il s’agit d’inciter au maximum les Français réfractaires ou hésitants à se faire vacciner. Pour Gabriel Attal, «satisfait de voir que le message du président de la République a été entendu», «il n’y a pas d’obligation vaccinale, il y a une incitation maximale». Il faut dire que le gouvernement souhaite réduire au maximum les possibilités de vie sociale des non-vaccinés. D’où l’empressement sur les créneaux de vaccination : depuis lundi soir, 1,3 million de nouveaux rendez-vous ont été pris sur Doctolib.

Gabriel Attal y voit des «Français qui doutaient ou attendaient et qui ont pris rendez-vous. Ils peuvent avoir des doutes (…) mais avec le variant Delta (…) malheureusement on n’a plus le temps de douter, et donc il faut y aller». Pour l’heure, le gouvernement n’envisage pas de vaccination obligatoire pour tous les Français. Emmanuel Macron fait le choix de la «confiance», sans pour autant écarter cette hypothèse. Malgré la pression du pass sanitaire, l’exécutif reste prudent. Comme pour préparer les esprits. «Il ne faut jamais rien exclure pour l’avenir», a estimé Gabriel Attal. Avec un objectif en tête: espérer que l’incitation suffise à endiguer le rebond épidémique.