mercredi, août 10, 2022
22.5 C
Nantes

Au Rassemblement national, remous autour de la «bunkérisation» de Marine Le Pen

ENQUÊTE – Le verrouillage du parti opéré par Marine Le Pen est interprété par certains cadres en interne comme «un signal de contraction» avant 2022.

À défaut de l’avoir sabré lors des dernières régionales, c’est au champagne que trinque Marine Le Pen ce dimanche soir avec son quarteron de fidèles. Ils sont une dizaine à s’être rassemblés au sortir du 17e congrès du Rassemblement national à la villa Duflot, le plus luxueux hôtel de Perpignan et ses environs. Tout ne se sera pas si mal passé, finalement. Ni scandale ni esclandre ne sont à déplorer. Les interventions auront été poliment applaudies, celle de la présidente du mouvement, réélue pour un nouveau mandat avec 98 % des voix, en tête.

Mis à part le maire RN de Moissac, Romain Lopez, qui aura du bout des lèvres remis en cause, lors d’une table ronde, le parachutage de candidats dans certaines régions, les cadres seront restés sages. Mieux, l’enthousiasme des militants, heureux de se retrouver et de renouer avec une grand-messe du parti, aura permis de tourner la page calamiteuse des élections locales. En façade du moins. Car, ce dimanche soir, un absent suffit à obscurcir le joli

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici