mercredi, août 10, 2022
25.3 C
Nantes

deuxième victoire d’étape pour le « Cav », sa troisième à Châteauroux

Le Britannique Mark Cavendish s’est imposé au sprint lors de la sixième étape entre Tours et Chateauroux, jeudi 1er juillet. GUILLAUME HORCAJUELO / AFP

Mark Cavendish voulait se rappeler au bon souvenir des habitants de Châteauroux, deux jours après l’avoir fait auprès de ceux de Fougères (Ille-et-Vilaine). Ville de naissance de Michel Denisot et de Gérard Depardieu, Châteauroux est aussi connue désormais pour être la ville du Berry où le sprinteur britannique de la Deceuninck-Quick Step s’est imposé trois fois.

« C’est un rêve d’être ici. J’avais juste à prendre ce sprint comme un autre sprint. C’est une victoire qui peut paraître romantique en ce sens… Et en tout cas, elle a du sens », explique-t-il, ému, en conférence de presse après l’arrivée.

Car c’est là qu’il a signé sa première victoire d’étape sur la Grande Boucle, en 2008 – à l’époque sous les couleurs de l’équipe High Road. Puis, une nouvelle, en 2011. Et encore une, donc, ce jeudi 1er juillet, au terme de la sixième étape du Tour de France 2021, entre Tours et Châteauroux. L’actuel maillot vert n’est plus qu’à deux longueurs du record de victoires d’étapes de la légende belge Eddy Merckx.

Lire aussi Tour de France 2021 : nouvelle victoire au sprint pour Cavendish, Van der Poel reste en jaune

Le Français Nacer Bouhanni (Arkea-Samsic) espérait lever enfin les bras sur la ligne d’arrivée après sa troisième place lundi entre Lorient et Pontivy (Morbihan), puis sa place de dauphin mardi lors du premier triomphe du « Cav » sur cette Grande Boucle.

« Je ne me satisfais pas d’une deuxième place », avait lancé l’impétueux avant le départ ce jeudi : il se classe troisième ; le Belge Jasper Philipsen (Alpecin-Fenix) le devançant d’un boyau de roue.

Sans danger pour les favoris

Au lendemain du contre-la-montre entre Changé et Laval, en Mayenne, où Tadej Poagacar a assommé la concurrence, le peloton a profité d’une sixième étape bien calme avec ses 160 kilomètres de plat. Peu après le départ, une échappée s’est lancée. Mais ses membres n’ont pas réussi à s’entendre et les hommes de tête sont très vite devenus un duo, formé par le Belge Greg Van Avermaet (AG2R-Citröen) et l’Allemand Roger Kluge (Lotto-Soudal) – généralement « poisson pilote » du sprinteur australien Caleb Ewan, qui a abandonné le Tour après sa chute à Pontivy (Morbihan) lors du final de la troisième étape.

Mais l’échappée a toujours été maintenue sous contrôle par le peloton qui avait la volonté de ne pas se laisser trop distancer. Dès le kilomètre 50, Tim Declercq a pris le manche pour amener son sprinteur Mark Cavendish au bout. Le peloton, lancé à 55 km/h à l’heure, a le regard du loup qui voit les agneaux dans le pré : Klug et Van Avermaet sont dévorés à un peu plus de deux kilomètres de la ligne. « Vous avez vu comment roule Tim Declercq ? Il roule, il roule toute la journée… », a plaisanté le Britannique en conférence de presse après sa victoire, avant de féliciter ses équipiers pour leur « excellent » tempo.

Greg Van Avermaet est passé en tête de l’unique difficulté du jour – la côte de Saint-Aignan (2,1 kilomètres à 2,9 %, 4e catégorie) – et a pris le seul point en jeu dans le classement de la montagne. Le Néerlandais Ide Schelling (Bora-Hansgrohe) garde donc son maillot à pois une journée supplémentaire, avant le début des choses sérieuses dans les Alpes, samedi.

Les deux coureurs échappés, le Belge Greg Van Avermaet (AG2R-Citroën) et l’Allemand Roger Kluge (Lotto-Soudal) lors de la sixième étape du Tour de France entre Tours et Châteauroux, le 1er juillet 2021. THOMAS SAMSON
/ AFP

Le sprint intermédiaire du peloton à Luçay-le-Mâle (Indre) – remporté par Sonny Colbrelli (Bahrain Victorious) – a donné lieu à quelques mises au point entre coureurs. L’Italien est venu se plaindre auprès du Français Nacer Bouhanni (Arkea-Samsic), qui a, semble-t-il, frotté avec l’Australien Mark Cavendish (Deceuninck-Quick Step). Tandis que Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) s’est expliqué avec Michael Morkov (Deceuninck-Quick Step), le Slovaque ayant été gêné par le Danois…

On le savait, cette sixième étape était sans danger pour les favoris au classement général, aucun changement à déclarer : Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix) garde donc le maillot jaune un jour supplémentaire.

Demain, vendredi 2 juillet, place à la plus longue étape de cette 108e édition : 249 kilomètres entre Vierzon (Cher) et Le Creusot (Saône-et-Loire). Dans la seconde moitié de parcours, les coureurs devront composer avec les reliefs du Morvan. L’objectif de Benoît Cosnefroy (AG2R-Citroën) – « comme les trois quarts du peloton », à en croire le Normand. Une fin de semaine aux airs de Liège-Bastogne-Liège… Avant un premier plat de résistance : les Alpes, ce week-end. « Le Tour est encore long », rappelait ce jeudi matin le Français David Gaudu (Groupama-FDJ).

Notre sélection d’articles sur le Tour de France 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici