mercredi, août 10, 2022
25.3 C
Nantes

«Marine Le Pen, du recul à la résistance; et au rebond?»

CONTRE-POINT – Jugée moins transgressive qu’Éric Zemmour, considérée moins capable que Valérie Pécresse de battre le président sortant, elle aurait pu basculer dans le camp des candidatures inutiles ou caduques. Mais si Marine Le Pen a reculé, elle ne s’est pas effondrée.

N’étant plus députée européenne, elle ne sera pas dans l’hémicycle
de Strasbourg mercredi pour apostropher Emmanuel Macron. Elle le fera la veille, par anticipation, au cours d’une conférence de presse sur l’Europe. Un peu frustrée que cette confrontation se fasse à distance, mais avant tout satisfaite que la perspective de ce duel soit à nouveau installée dans les esprits. Ou à tout le moins envisagée comme une hypothèse crédible. Marine Le Pen revient de loin.

D’abord percutée violemment par l’irruption d’Éric Zemmour, elle a été ensuite bousculée par le retour de la droite dans le jeu après la victoire de Valérie Pécresse à la primaire. Donnée invariablement finaliste jusqu’à la mi-octobre, elle était menacée de relégation à la troisième, voire la quatrième place, avec la perspective d’un toboggan fatal. Jugée moins transgressive que l’ancien journaliste, considérée moins capable que la candidate LR de battre le président sortant, elle aurait pu basculer dans le camp des candidatures…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici