lundi, août 15, 2022
18.8 C
Nantes

Clément Beaune dévoile les nouvelles pièces de deux euros et vante «un symbole de l’Europe du quotidien»

Le secrétaire d’État s’est rendu dans un magasin Lidl, première enseigne à avoir reçu et distribué la monnaie lancée à l’occasion du vingtième anniversaire de l’euro et de la présidence française de l’Union européenne.

Tout en symboles. Lorsqu’il pénètre ce jeudi après-midi dans un magasin Lidl du 14e arrondissement de Paris – entouré du ban et de l’arrière-ban du groupe, venus l’accueillir devant l’entrée pour l’occasion -, Clément Beaune pense déjà à son passage en caisse. Le secrétaire d’État sait que l’enseigne est la première du pays à avoir commandé et reçu la nouvelle monnaie qui vient d’être mise en circulation pour célébrer le vingtième anniversaire de l’euro et le lancement de la présidence française de l’Union européenne (PFUE). Jusqu’ici, aucun pays de la zone euro – à l’exception des monarchies qui ont changé de souverain – n’avait pris de telle initiative depuis 2022. Le locataire du Quai d’Orsay souhaite donc inaugurer lui-même ce changement inédit, en étant le premier client à recevoir l’une de ces pièces de deux euros flambant neuves.

Pour obtenir son sésame, le jeune quadragénaire n’a qu’une idée en tête. Se rendre au rayon fruits et légumes, et y «acheter des pommes». Le choix ne doit rien au hasard, et se veut clairement un clin d’œil très politique à Jacques Chirac. À l’approche de l’élection présidentielle, qui aura lieu dans près de trois mois, l’allusion est surtout adressée à Valérie Pécresse. Ainsi qu’à tous les héritiers de droite de l’ancien chef de l’État, qui ont largement alimenté la polémique sur l’installation du drapeau européen sous l’Arc de Triomphe ce week-end. «Il faut rappeler à tous ceux qui rechignent, et qui ont tendance à l’oublier, que Jacques Chirac a été un grand européen, et qu’il reste le premier président de l’euro. Son legs nous appartient désormais, et il nous engage tous aujourd’hui», souligne-t-il, en déambulant dans les allées du supermarché.

À VOIR AUSSI – 20 ans de l’euro: les Allemands se remémorent le passage à la nouvelle monnaie

Un sujet accessoire comparé aux enjeux, mais un objet très concret pour les Français

Une fois sa barquette de six pommes du Limousin payée, Clément Beaune installe dans la «paume» de sa main deux des pièces que la caissière vient de lui tendre. Il les observe, les expose à la caméra et aux appareils photos. Puis il en décrypte l’illustration en petit comité. «La première face, celle avec le montant et la carte de l’Europe, est commune à tous les pays. La seconde, en revanche, montre un chêne et un olivier, et qui représentent la force et la sagesse. Ils s’inscrivent dans un Hexagone, par leur racine, mais ils le dépassent, par leurs feuilles», commente-t-il. Non loin de lui se trouvent notamment Marc Schwartz, le directeur général de la Monnaie de Paris. Ainsi que Joaquin Jimenez, le «Graveur général des monnaies», lui aussi présent, et qui a été de nouveau mis à contribution cet été après avoir déjà dessiné celles de 2002.

Passé le cadre officiel du déplacement, le secrétaire d’État aux Affaires européennes revient enfin sur la portée de cette visite. «Ces pièces de monnaie, c’est un symbole de l’Europe du quotidien», défend-il. Le sujet peut paraître accessoire comparé aux enjeux de la PFUE – réforme de l’espace Schengen ; construction d’une défense commune ; instauration d’une fiscalité des grandes plateformes ; création d’une taxe carbone aux frontières ; etc -, mais l’objet n’en demeure pas moins très concret pour les Français. Tellement, d’ailleurs, que Clément Beaune se souvient parfaitement du «starter kit» qu’il avait reçu lors du lancement de l’euro, il y a 20 ans. Comme il se souvient de Lionel Jospin, alors premier ministre, en train de faire ses courses pour liquider ses francs à l’époque. «C’est aussi cela, notre identité», conclut-il en quittant les lieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici