dimanche, août 7, 2022
26.6 C
Nantes

«Le président de la République a commis une faute»

ENTRETIEN – Le président du Sénat condamne les propos tenus par Emmanuel Macron «en stigmatisant 5 millions de Français qui sont des citoyens à part entière».

LE FIGARO. – Comment avez-vous perçu les déclarations d’Emmanuel Macron publiées dans Le Parisien? Il avait annoncé en décembre sur TF1 «avoir appris à aimer» les Français.

Gérard LARCHER. – L’élection présidentielle est la clé de voûte de nos institutions. C’est le chef de l’État que nous allons élire au mois d’avril prochain. Doit-on accepter, et finalement se satisfaire, d’un tel abaissement du débat démocratique? Emmanuel Macron ne peut sciemment utiliser la provocation pour hystériser le débat politique. La fonction présidentielle impose de la retenue et de la mesure. La campagne électorale doit obéir à quelques exigences indispensables aux enjeux de cette élection. Cette surenchère verbale n’est pas digne de la crise que vivent les Françaises et les Français depuis deux ans. Je dis au président de la République: votre fonction vous oblige, vous devez rassembler une nation archipélisée et profondément fracturée qui n’a nul besoin de crispations supplémentaires. Je dis au désormais candidat…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici