samedi, août 13, 2022
19.7 C
Nantes

«Un choix sémantique naïf, paradoxal et dangereux»

CONTRE-POINT – En assurant avoir «très envie d’emmerder»les non-vaccinés, le président espère séduire les 90% de Français vaccinés. Un mauvais calcul.

«Croquignolesque», «raconter des craques», de la «flûte». Longtemps, pour épancher son courroux, Emmanuel Macron a eu recours au registre désuet. Cette fois, la cause est grave (le Covid) et la campagne (tout sauf écrite d’avance) approche. Il faut frapper, provoquer, cliver. Susciter le débat et faire sortir du bois ses opposants. En assurant avoir «très envie d’emmerder» les non-vaccinés, le chef de l’État savait ce qu’il disait. Tenus, relus et validés, ces propos ne sont pas une de ces maladresses verbales qui a pu lui arriver de lâcher.

Macron part d’un constat: 90 % des Français sont vaccinés et, lassés des restrictions passées, présentes ou à venir, il sait que beaucoup en veulent aux non-vaccinés d’être responsables de la prolongation de ces mesures. Je vais dire tout haut ce que les Français pensent tout bas: c’est l’intention du président. Avec cette arrière-pensée plus électorale: se faire le porte-voix des 90 % de vaccinés dans l’espoir d’enfermer tous ses opposants de 2022…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici