samedi, août 13, 2022
19.7 C
Nantes

«Je suis favorable à la vaccination obligatoire»

VIDÉO – La sénatrice socialiste de l’Oise, plaide surtout pour le principe de «collectivité solidaire», une société qui se protège les uns les autres en se vaccinant.

Le monde entier est inquiet, le variant Delta laisse planer l’hypothèse d’une quatrième vague en France. Rempart à la propagation du virus, faut-il rendre la vaccination obligatoire? «Absolument, j’y suis favorable, répond Laurence Rossignol, sur le plateau du “Talk Le Figaro”, ce jeudi. La question de la vaccination du plus grand nombre, c’est l’enjeu des semaines qui viennent.» Favorable «à ce que nous posions le principe d’une obligation vaccinale», la sénatrice socialiste de l’Oise, plaide surtout pour le principe de «collectivité solidaire», une société qui se protège les uns les autres en se vaccinant.

Y compris pour les mineurs? Saluant l’ouverture de la vaccination aux 12-17 ans, au regard d’exemples comme Israël, où le variant est revenu par les plus jeunes, «peut-être faudrait-il lever l’autorisation parentale pour les mineurs de plus de 15 ans qui peuvent décider seuls de se faire vacciner , suggère la vice-présidente du Sénat. C’est ce qu’elle proposera devant le Parlement, si le gouvernement vient avec un projet de loi en ce sens. Quant à une obligation vaccinale, uniquement réservée au personnel soignant, «je pense que ce ne serait pas un bon message», juge la socialiste, car, quoi qu’il arrive, «il ne suffira pas de vacciner les personnels soignants et leur entourage, pour endiguer l’éventuelle quatrième vague». L’argument essentiel à tenir aux Français, que défend l’ancienne ministre, c’est de dire et d’assumer, qu’en France, «on a fait le choix collectif de la vaccination pour tous».

L’élue trouve inquiétant «de tout miser sur l’élection présidentielle», alors même que la souveraineté se trouve «au Parlement». La sénatrice de l’Oise, juge d’ailleurs l’abstention, «révélatrice de l’état du pays» : un manque de confiance à l’égard de la politique, «qui a peu d’influence sur la vie des gens». Pour 2022, la gauche cherche toujours son leader. «Aujourd’hui, on devrait être tous derrière Mélenchon, le candidat naturel de la gauche», lâche la socialiste. Or, depuis 2017, le numéro un de LFI, «n’a fait que dilapider ce capital de plus de 19 % d’électeurs qui lui ont fait confiance.» Selon la socialiste, ce dernier, a «une incapacité au rassemblement, au compromis», il est aujourd’hui un obstacle pour la gauche, dans l’élection de 2022, juge-t-elle. Pour Laurence Rossignol, la question centrale est d’offrir un avenir aux classes moyennes et populaires, et «cela passe par une refondation de la gauche».

Laurence Rossignol: «L’avenir passe par une refondation de la gauche» – Regarder sur Figaro Live

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici