vendredi, août 12, 2022
24 C
Nantes

39 champagnes pour faire pétiller les fêtes

Moins de 50 €

Propriétaires-récoltants ou maisons de négoce signent souvent leur savoir faire et le style maison dans des cuvées « brut sans année » ou des expressions singulières de celles-ci.  

SDP

1/ Maison Bonville Odyssée 319 

Olivier Bonville, propriétaire-récoltant de la Côte des Blancs, se lance dans un périple à travers les 319 crus de la Champagne, porté par une petite activité de négoce. L’aventure commence sur place, dans les terroirs du grand cru Avize, avec ce blanc de blancs tout en maturité, volume, gourmandise (prune, mirabelle) et tension. 29,50 €. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

2/ Lombard Blanc de Noirs Extra-Brut 

Sous l’impulsion de Thomas Lombard, qui a rejoint l’entreprise familiale en 2017, la petite maison d’Epernay poursuit sa mue vers l’excellence et l’expression des terroirs. Cet assemblage de pinots noirs issus essentiellement de premiers crus de la Montagne de Reims a été élevé en partie en fûts de chêne. D’où son parfait équilibre entre tension, fraîcheur et gourmandise. 30 € 

3/ AR Lenoble Intense Mag 17 

Cette série inaugurée avec la récolte 2014, s’allonge avec ce quatrième opus qu’une variation inédite, Grand Cru Blanc de Blancs Mag 17 (37,80 €) vient compléter. Les jus de 2017 sont assemblés avec des vins de quatre ans, élevés en partie en magnum sous bouchon de liège. Cette réserve moins oxygénée développe une palette aromatique riche et délicate. 31,70 € 

4/ Gaidoz-Forget Millésimé 2014 

Voilà quatre générations que cette famille de vignerons indépendants est installée à Ludes, dans la Montagne de Reims. Des neuf hectares de l’exploitation, Luc Gaidoz et sa fille Bertille, qui l’a rejoint en 2020, tirent des cuvées droites dans leur terroir. A l’image de ce blanc de noirs aux savoureuses notes d’agrumes confits (orange, mandarine). 35 € 

5/ Castelnau Origine ES 9.0 Solera 

Déchiffrons ce code : ES pour Elisabeth Sarcelet, la cheffe de cave à l’initiative du projet. 9 pour 2009, le millésime de cette cuvée 0, point de départ d’une future solera. Cette « réserve perpétuelle » consiste à ne soutirer que partiellement les fûts d’une année pour les compléter avec du vin plus jeune. Notes toastées, de sous-bois, nougat, miel et abricot sec. 39 € 

6/ Le Brun de Neuville Autolyse 

L’union de producteurs des coteaux du Sézannais a entièrement repensée l’habillage et l’identité de la gamme afin de mieux mettre en avant le terroir et le savoir-faire de la maison. Ce blanc de blancs témoigne de l’empreinte du temps dans l’élaboration du champagne : au cours du vieillissement, les levures meurent et s’autolysent en libérant des micro-organismes qui « nourrissent » le vin. 39 € 

SDP, Atelier-Demoulin (8)

7/ Saint-Gall So Dark 2015 

Derrière cette marque travaillent quinze coopératives de la Côte des Blancs, de la Montagne de Reims et de la vallée de la Marne. Cette cuvée exalte le pinot noir rémois. Raisin de caractère à peau sombre, il constitue le yin de ce grand cru millésimé, vineux et structuré, tandis qu’une fraction de chardonnay, joue le yang, tout en minéralité et en fraicheur. 40 € 

8/ Devaux Coeur de Nature Bio 

Aboutissement d’une démarche environnementale exigeante depuis de nombreuses années, la maison de la Côte des Bar (Aube) lance sa première cuvée issue de la viticulture biologique. Une démarche totalement durable puisque l’étiquette est imprimée sur papier recyclée et le carton, kraft. Ce brut majoritairement composé de pinot noir est croquant et friand. 43 € 

9/ Pol Roger Cuvée Pure 

Fournisseur officiel de la couronne britannique et élaborateur des bulles favorites de Winston Churchill – à qui est dédiée une cuvée légendaire (210 €, le 2012) -, la renommée maison d’Epernay livre ici un brut sans année ni dosage remarquable. Un champagne de gentlemen dont les arômes floraux voluent vers des nuances de mie de pain et de citron jaune. Exquise fraîcheur. 45 € 

10/ Gremillet Millésime 2015 

Le vignoble de cette maison familiale de la Côte des Bar, dans l’Aube, court sur 40 hectares plantés sur des sols argilo-calcaires et kimméridgiens, qui ne manquent pas de rappeler ceux de la Bourgogne voisine. Mais ici, seul le pinot noir règne (91 % de l’encépagement du domaine). Comme dans ce blanc de noirs de terroir à robe dorée et à la bouche gourmande. 47,50 €. 

11/ Louis Roederer Collection 242 

Cette nouvelle cuvée, marquée par la mise en place d’une « réserve perpétuelle », prolonge l’histoire du Brut Premier. Jean-Baptiste Lecaillon, le chef de caves, a millimétré ce 242e assemblage de la maison en recherchant non plus la permanence d’un goût, credo traditionnel des bruts sans année, mais l’expression des terroirs. Arômes grillés et de fruits mûrs, notes salines. 48 € 

12/ Moët & Chandon Grand Vintage 2013 

Un superbe champagne d’apéritif, énergique et ciselé. La 75e cuvée millésimée depuis la création de la maison, en 1743, offre des notes automnales de châtaignes grillées, de sarrasin toasté, de noix, de miel et de nougat. Le bouquet s’ouvre ensuite sur des arômes de fruits blancs, de fleurs séchées, de sève de pin et sur des nuances iodées. Jolis amers en finale. 49 € 

De 50 à 100 €

Le choix de millésimer – ou non – et les sélections de cépages (blanc de blancs ou blanc de noirs) forment aussi l’ADN des maisons. Comme la part des vins de réserve dans l’assemblage, qui offrent un goûteux voyage dans le temps. 

SDP

1/ Château de Bligny Blanc de Blancs 2009 

Rare maison champenoise bénéficiant de l’appellation « château », Bligny a choisi ce millésime solaire pour briller sur les tables de fêtes, avec sa nouvelle étiquette plus contemporaine, illuminée par des touches d’or. Ce pur chardonnay s’affirme précis et généreux : agrumes confits, fruits juteux, sablés tièdes, épices et noisette… Comme un parfum de Noël. 53 € 

2/ Jacquart Blanc de Blancs 2014 

Mosaïque contemporaine de craie, de vignes et de talents, cette coopérative fondée en 1964 fait pétiller les chardonnays de quatre beaux terroirs grands crus. Ce millésime 2014 renoue avec le classicisme champenois, fleurs champêtres, notes mentholées et citronnées, tension et minéralité d’un soleil froid. 54 €. 

3/ Ayala Le Blanc de Blancs 2015 

Pour la maison d’Aÿ, l’assemblage est un art, la pureté une signature. Et le chardonnay est son identité, magnifié dans ce pur chardonnay millésimé à la robe d’or blanc brillant. Vif et complexe, tout à la fois délicat et généreux, le nez sur la fleur d’oranger, un zeste de yuzu et une pointe de gingembre, la bouche onctueuse et la finale dans une minéralité crayeuse. 55 €. 

4/ Veuve Clicquot Extra Old Extra Brut  

Heureux Didier Mariotti, chef de caves de la vénérable institution rémoise, qui peut « jouer » comme d’une palette avec l’une des plus belles collections de vins de réserve de la Champagne, conservés par terroirs et cépages. Cette cuvée singulière assemble ainsi pas moins de huit millésimes, de 2014 à 1990. Notes d’acacia, de pain grillé et d’agrumes (citron jaune et vert, orange confite). 56 € 

5/ Philipponnat Blanc de Noirs 2015 

Charles Philipponnat a propulsé cette petite maison de Mareuil-sur-Aÿ dans la cour des grandes. Ce vin à la mousse généreuse et persistante délivre une belle expression des pinots noirs des terroirs d’Ay. Le nez est gourmand et fruité avec des notes pâtissières, de poire fraîche et d’amande, puis s’ouvre sur une touche épicée (cannelle, girofle). 57,20 € 

6/ Besserat de Bellefon Millésime 2008 

Le coffret à clayettes ajourées n’est pas sans rappeler l’indispensable vieillissement sur lattes du champagne. Un écrin made in France et écoresponsable pour un effervescent opulent – une large majorité de chardonnays de grands crus (69 %) entre dans l’assemblage. La mousse est aérienne, signature de la maison. Des notes épicées agrémentent les saveurs de fruits cuits. 65 € 

SDP

7/ Bruno Paillard Assemblage 2012 

Élaboré à partir des presses les plus pures, cet assemblage de pinot noir (60 %) et de chardonnay est partiellement vinifié dans de petits fûts de chênes anciens. Inaugurée il y a quarante ans, la tradition de confier chaque sortie d’un nouveau millésime à un artiste se poursuit avec Claude Viallat : le plasticien cofondateur du groupe Supports-Surfaces a illustré l’étiquette de cette cuvée au caractère intérieur et profond. 68 € 

8/ Fleury 2010 Extra Brut  

Pionnière de la biodynamie en Champagne, depuis trente ans, la maison de Courteron (Aube) sort trois millésimes exceptionnels : Symphonie d’Europe 1993 (104 €), Brut 1997(93 €) et ce 2010 aux arômes d’agrumes, de fruits jaunes et d’ananas. En bouche, des notes pâtissières et vanillées sont soulignées par la tension et la précision de ce vin superbe. 79 € 

9/ Thiénot Cuvée Stanislas 2008 

La jeune maison – lancée en 1985 par Alain Thiénot – a trouvé sa place dans le décor champenois. Sa dimension familiale s’illustre à travers les cuvées millésimées aux noms du fondateur et de ses deux enfants, Garance et Stanislas, qui veillent désormais sur l’entreprise. Celle-ci est un blanc de blancs aux gourmands arômes de noisette et de pistache évoluant sur des notes beurrées mais très fraîches. 80 € 

10/ William Deutz La Côte Glacière 2015 

Cette cuvée fut créée par Fabrice Roset, en 2010, en souvenir du fondateur de la maison. Un hommage, aussi, à son terroir agéen originel, à travers deux parcelles en son coeur. D’abord assemblées, elles sont désormais vinifiées à part. D’où ce splendide parcellaire de pinot noir aux fragrances florales (tilleul), de miel d’acacia, de fruits blancs (coing, poire, pêche) et légèrement pâtissières. 85 € 

11/ G.H. Mumm RSRV R. Lalou 2006 

Cette cuvée légendaire rend hommage à René Lalou, l’emblématique patron de la maison, de 1920 à 1973. Élaborée uniquement les grandes années, elle rejoint la confidentielle collection RSRV. Fruit de l’assemblage de raisins des douze meilleures parcelles de grands crus du domaine – pinot noir et chardonnay à égalité -, ce vin libère de belles notes minérales et pâtissières que vient rafraîchir le citron confit. 93 € (Disponible sur rsrv.fr) 

12/ Pannier Egérie 2012 

Du chardonnay de la Côte des Blancs pour la finesse et la fraîcheur, du pinot noir de la Montagne de Reims pour la structure et la gourmandise et un zeste de meunier de la vallée de la Marne pour son fruité délicat, tels sont les ingrédients de la réussite de cette cuvée à la précision d’orfèvre. Un vin de gastronomie aux accents d’agrumes, de fleur d’acacia et de fruits blancs et jaune. 96 € 

Plus de 100 €

Les cuvées de prestige naissent de l’infinie précision du travail à la vigne et du talent des chefs de caves. L’attention permanente qu’il prodiguent, durant des années, à l’élevage des vins sur lies façonnent leur caractère et leur finesse. Du bel ouvrage qui a bien sûr un coût. 

SDP, Wizard (4)

1/ Palmer & Co Amazone 

La nouvelle édition de la cuvée de prestige de cette petite coopérative d’excellence marie la fraîcheur et la concentration des chardonnays de Trépail et de Villers-Marmery avec la puissance et la noblesse des pinots noirs de Mailly et de Verzenay. Premiers et grands crus de la Montagne de Reims, où la cave puise l’essentiel de ses approvisionnements. Les notes de fruits secs et de sous-bois glissent en bouche vers la noisette grillée et la brioche. 110 € 

2/ Bollinger B13 

Année de gel et de neige, 2013 ne fut pas de tout repos en Champagne, mais la mythique maison d’Ay fit le pari d’un millésime pour cette vendange tardive, confiante dans la qualité de ses raisins un an après la certification HVE de son vignoble. Ce blanc de noirs (comme l’habillage) sous le signe de la fraîcheur illustre magistralement la maîtrise Bollinger à la vigne comme à la cave. Un vin, cristallin et ciselé, aux notes fruitées et gourmandes. 115 € 

3/ Nicolas Feuillatte Palmes d’or 2008 

Flacon iconique avec ses mille et une facettes nid d’abeille, Palmes d’Or est une promesse d’un moment privilégié. 2008 ne déroge pas, droit et crescendo, fruits blancs, amande séchée, agrumes et abricot. Sa signature crayeuse et légèrement fumée accompagnera truffe, parmesan, foie gras et caviar. Un repas de fêtes à lui seul ! 120 € 

4/ Charles Heidsieck Rosé 2008 

Le fameux « style Charles » se conjugue rarement en rosé millésimé. Une exigence à la mesure de l’excellence dont fait preuve la dernière livraison de ce vin de grande garde. Dans son nouveau flacon « Crayères », l’assemblage de pinot noir (63 %, dont 9% vinifié en rouge) et de chardonnay offre un premier nez salin et minéral, suivi de délicieuses notes de pamplemousse rose, d’orange sanguine et de groseille. 126 €  

5/ Taittinger Comtes de Champagne Blanc de Blancs 2011 

En quasi sept décennies, seuls 38 millésimes de cette cuvée d’exception ont mûri, dix ans au minimum, dans l’obscurité des crayères de la butte Saint-Nicaise. Année faste, puisqu’au côté de ce pur chardonnay voluptueux – aux notes de meringue, de zeste de mandarine et de coriandre -, la maison sort aussi un Rosé 2008 (210 €), lui sur la framboise, la griotte et la réglisse. 160 €. 

6/ Dom Ruinart Blanc de Blancs 2009 

La cuvée de prestige de la plus ancienne maison de Champagne n’a connu que 26 millésimes. Ce pur chardonnay d’une grande finesse offre un fruité très frais – sa tension et sa race rayonnent dans le verre et en bouche. De savoureuses notes de citron jaune et de craie ouvrent la voie à des arômes de fruits jaunes et de fleurs blanches, matinées de miel et de pâte d’amande. 170 € 

SDP, IMAGESinAIR Productions (8)

7/ Edouard Brun & Cie OEnothèque 1996 

Ce millésime compte parmi les plus grands de la fin du siècle dernier en Champagne. Les caves de la petite maison d’Aÿ recèlent une impressionnante collection de vieux flacons, reflets de l’histoire du cru et de cette lignée de vignerons-négociants. Celui-ci, composé en parts égales de pinot noir et de chardonnay, récemment dégorgé et faiblement dosé (3 gr), explose en bouche. 170 € 

8/ Gosset Celebris Rosé 2008 

« La recherche de l’équilibre nous a demandé? treize ans de travail », confie Odilon de Varine, chef de caves de la plus ancienne maison de vins de la Champagne (1584). Quatrième millésime seulement dans la couleur depuis la création de la cuvée, en 1988, ce vin d’exception libère au nez des notes de confiture de fraise un peu poivrée. En bouche, les fruits à noyau sont rafraîchis par l’orange sanguine ; finale iodée. 175 € 

9/ Rare Millésime 2008 

La cuvée de prestige de Piper Heidsieck, initiée en 1885 mais produite, les meilleures années en série limitée, depuis 1976, est devenue une marque à part entière. Pour décrire le vin, Régis Camus, le chef de caves parle d' »infini » : « La vivacité et la fraîcheur se révèlent illimitées… la ronde des arômes, sans fin, comme sa longévité. » Dans le beau flacon, minéralité et fruité exotique accompagnent la formidable longueur en bouche. 175 € 

10/ Krug 169e Edition 

Depuis la fondation de la maison, pépite du groupe Moët Hennessy, une nouvelle « édition » est assemblée chaque an pour livrer l’une des plus généreuse expression de la Champagne. Cette fois, pas moins de 146 vins de réserve, issus de onze années différentes, magnifient la vendange 2013, qui constitue la base de cet assemblage remarquable. Un must sur lequel veille depuis l’année dernière Julie Cavil, la cheffe de caves. 180 € 

11/ Pommery Cuvée Louise 2005 

Ce nouveau millésime de la cuvée de prestige de la maison dont les kilomètres de caves courent sous la butte Saint Nicaise reste fidèle à son ADN d’excellence. A l’aune d’une année exceptionnelle et de l’assemblage de trois grands crus – Avize, Cramant et Ay – où le chardonnay domine, elle exprime la quintessence du style Pommery, tout en tension, finesse et fraîcheur. 190 € 

12/ Billecart Salmon Elisabeth Salmon Rosé 2008 

Créée, en 1988, en hommage à la cofondatrice de la maison, cette cuvée se distingue par son éclat et sa pureté?. Subtil alliage de chardonnay (45 %) et de pinot noir (dont 9 % vinifié en rouge), le vin à la robe saumon intense et aux reflets cuivrés offre un nez frais de zestes d’agrumes et de fruits rouges (framboise, fraise). En bouche, de gourmandes notes de groseille, de mandarine, d’orange se conjuguent pour guider le palais vers une finale saline, caractéristique du millésime. 190 € 

Plaisirs XXL

Les magnums permettent de conserver les vins plus longtemps et expriment souvent, après un long élevage, des saveurs plus fraîches que les bouteilles classiques. Quelques pépites à savourer. 

SDP

1/ Lanson Le Black Réserve 

Fraîcheur et plénitude étant les maîtres mots du style Lanson, l’élaboration d’un brut réserve avec quasi la moitié de vins de réserve élevés en foudre s’est imposée comme une évidence pour Hervé Dantan, le chef de caves de la maison. Pinot noir (50 %), chardonnay (35 %) et meunier livrent de doux arômes de pâte d’amande, de miel et d’agrumes confits évoluant vers des notes fraîches d’agrumes et de craie. 105,50 € 

2/ Alfred Gratien Cuvée 595 

Cinq millésimes de 2007 à 2011, neuf années sur lattes, pour émerveiller les cinq sens : voilà le code déchiffré pour cet assemblage délicatement crépitant de chardonnay (65 %) et de pinot noir (35 %). Bouche crémeuse, mais nerveuse, sans dosage. Une cuvée virtuose de la famille Jaegger, chefs de caves de père en fils veillant sur un chai de 1 000 fûts depuis plus d’un siècle. 155 € 

3/ Ruinart Blanc de Blancs 

Pour cette fin d’année, la maison habille son magnum de pur chardonnay, du fameux étui « seconde peau » lancé l’année dernière. Cette alternative disruptive aux traditionnels coffrets champenois, éco-conçue et entièrement réalisée en papier, incarne « un luxe nouveau, plus respectueux de l’environnement », précise Ruinart. Dans le flacon : fraîcheur, tension, notes florales, d’agrumes et de fruits blancs sont au rendez-vous. 165 € 

4/ Laurent Perrier Grand Siècle Itération N°23 

Dans une quête sans cesse renouvelée de recréer l’année parfaite cette cuvée de prestige est assemble trois millésimes remarquables, dans onze grands crus (sur les 17 classés) à majorité de chardonnay. Un équilibre entre profondeur, complexité aromatique et fraîcheur. En attendant la 25e itération, attendue pour le début de l’année, la célèbre maison de Tours-sur-Marne propose pour les fêtes la version magnum du N°23, qui réunit les millésimes 2006, 2004 et 2002. La finesse de la bulle n’a d’égale que la soie délicatement grillée et confite de ce vin de légende. 350 € 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

5/ Dom Pérignon Vintage 2010 

La mythique institution d’Hautvillers présente son dernier millésime en magnum. Un vin crémeux, gourmand et d’une droiture impeccable. Le nez, expressif et ciselé, marie la craie, le citron, l’ananas et la mangue verte; en bouche, le fin cordon de bulles véhicule l’énergie et la richesse de ce vin où le grillé typique de la marque pointe déjà. Finale saline de toute beauté. 420 € 

Opinions

Tribune

Par Carlo Ratti*

Chronique

Par Antoine Buéno*

Chronique

Jean-Laurent Cassely

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici