dimanche, août 7, 2022
28.9 C
Nantes

Les Insoumis essaient d’imaginer le jour d’après Jean-Luc Mélenchon

En cas de défaite du leader des Insoumis à l’éléction présidentielle, un autre que lui «portera le drapeau» en 2027.

Il aura fallu attendre près de 24 heures pour que Jean-Luc Mélenchon daigne enfin répondre à la proposition d’Anne Hidalgo pour une primaire de toute la gauche. «Avec ce genre de comédies, on finit par dégoûter tout le monde», a-t-il balayé devant quelques micros tendus jeudi à l’Assemblée nationale. À vrai dire, le député de Marseille ne se sent pas concerné. Au sein de la maison LFI, la question ne se pose pas: il demeure comme le candidat naturel et irrémédiable. Le reste n’est que littérature. Cette stabilité, qui dure depuis 2012 – parfois critiquée par d’anciens Insoumis qui déplorent le manque de démocratie interne – prendra fin après la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon a prévenu: 2022 sera sa dernière course à l’Élysée. En cas de défaite, un autre que lui «portera le drapeau» dans cinq ans, en 2027. Si cette question de la succession est bien dans toutes les têtes, elle reste pourtant un tabou chez les Insoumis, presque un impensé.

Pendant longtemps, l’histoire semblait pourtant…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici