lundi, août 15, 2022
18.8 C
Nantes

Guillaume Tabard: «L’offensive éclair des progressistes»

CONTRE-POINT – Si le texte sur un nouveau report du délai légal pour un avortement est adopté, ce sera la première fois que le parti du président adopte un texte contre l’avis du président.

Vite un marqueur progressiste! En fin de quinquennat, la gauche macroniste se réveille. La volonté d’adopter à marche forcée un nouveau report du délai légal pour un avortement – 10 semaines dans la loi Veil, 12 semaines depuis 2001, 14 semaines en cas d’adoption de la PPL Gaillot – est un signal en direction de l’opinion en même temps qu’un message à l’intention d’Emmanuel Macron.

S’il est adopté définitivement, ce sera la première fois que la majorité et, plus précisément encore, le parti du président adoptent un texte contre l’avis du président ; et même contre ses convictions intimes. Le 25 novembre, dans l’avion qui le conduisait à Rome, Emmanuel Macron confiait n’avoir pas «changé d’avis» et «ne pas changer un mot» à ce qu’il avait dit sur le sujet dans Elle ; dans un entretien où il s’appuyait sur l’avis de «tous les gynécologues» disant qu’un avortement était  plus traumatisant dans ces délais-là».

Bilan

Dans ce même trajet, Macron invoquait néanmoins la séparation des pouvoirs pour «reconnaître

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici