mercredi, août 10, 2022
25.3 C
Nantes

le référendum de tous les dangers

DÉCRYPTAGE – Le troisième et dernier référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie se tiendra le 12 décembre.Un scrutin boycotté par les Kanaks, et potentiellement explosif…

Outre-mer, une crise en chasse une autre. L’incendie antillais est à peine maîtrisé que l’exécutif a les yeux rivés sur la Nouvelle-Calédonie. Le 12 décembre, 185.000 électeurs devront répondre à la question suivante: «Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante?» Lors des deux référendums précédents, le «non» l’avait emporté: à 56,7 % en 2018 et à 53,3 % en 2020. En vertu des accords de Nouméa signés en 1998, le prochain scrutin devrait constituer l’épilogue d’un long processus d’autodétermination. Sauf que les indépendantistes, qui l’avaient pourtant réclamé au printemps dernier, ont décidé de le boycotter, faute d’avoir pu le reporter. Afin de justifier ce refus de saut, ils invoquent la situation sanitaire (la Covid a débarqué sur l’archipel il y a quelques semaines) et le non-respect par le gouvernement du «deuil kanak», que le «sénat coutumier» fixe à un an! Cela n’augure rien de bon.

En effet, quel que soit le résultat – lequel devrait

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici